•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Santé publique de Montréal s'inquiète du retour de la rougeole

Une main d'enfant montrant des symptômes de la rougeole.

La rougeole est une maladie grave et très contagieuse.

Photo : iStock

La Presse canadienne

Les autorités de santé publique de Montréal lancent un appel dans l'espoir de juguler une possible éclosion de rougeole dans la métropole.

Des centaines de personnes auraient pu être exposées à la maladie entre samedi et mardi dernier.

On a dénombré, depuis le début de l'année, sept cas de rougeole à Montréal, mais les cinq premiers étaient des cas d'exposition à la maladie à l'extérieur du pays. Cette fois, deux cas secondaires ont été répertoriés, c'est-à-dire deux cas de personnes qui l'ont contractée après avoir été en contact avec une personne infectée arrivant de l'extérieur.

L'un de ces cas est un membre de la famille d'un enfant infecté à l'extérieur du pays, et la situation a pu être maîtrisée rapidement en isolant toute la famille le temps requis.

Le deuxième cas est plus étonnant : il s'agit d'un membre du personnel soignant qui a traité l'enfant. Cette personne a été vaccinée contre la rougeole, mais elle représente un des très rares cas où le vaccin n'a pas fourni l'immunité escomptée. Le vaccin est efficace à 85 % après la première dose et à 95 % après la seconde.

Cette personne a fréquenté, samedi, dimanche et mardi, six endroits (voir la carte ci-dessous), dont une école, un restaurant, un hôtel et une garderie, d'où un potentiel d'exposition de quelques centaines de personnes.

Les personnes qui sont à risque et qui se sont trouvées à ces endroits aux mêmes heures que la personne infectée ont jusqu'à samedi pour recevoir une dose d'immunoglobuline à titre préventif et jusqu'à mardi pour recevoir un vaccin dans les cas où cette procédure pourrait avoir l'efficacité requise. Étant donné le moment d'exposition, le potentiel de contracter la maladie existe jusqu'au 14 juin; si aucun symptôme n'est apparu d'ici là, il n'y a plus de risque après cette date.

Les personnes qui sont nées avant 1970 ne sont pas considérées comme à risque, tout comme celles nées après 1970 qui ont été vaccinées.

En 2018, seuls quatre cas avaient été rapportés à la Direction régionale de santé publique de Montréal. Mais cette année, le phénomène a pris de l'ampleur. Les États-Unis, par exemple, sont frappés par la pire épidémie de rougeole depuis l'an 2000. De nombreux cas ont aussi été rapportés dans les provinces canadiennes, dont l'Ontario et le Nouveau-Brunswick.

Grand Montréal

Santé publique