•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une centaine de maisons touchées par les inondations en Abitibi-Témiscamingue

Sonia Paquin qui habite près du lac Beauchastel surveille le niveau de l'eau grâce à une cheminée de foyer extérieur.
Sonia Paquin qui habite près du lac Beauchastel surveille le niveau de l'eau grâce à une cheminée de foyer extérieur. Photo: Radio-Canada / Emily Blais
Boualem Hadjouti

Une centaine de résidences ont été affectées à ce jour par les inondations en Abitibi-Témiscamingue : selon le plus récent bilan d'Urgence Québec, il y a eu 47 maisons inondées et 49 isolées.

Plus d'une quinzaine de personnes ont également été évacuées et 37 routes ont été soit complètement ou partiellement fermées.

La sécurité civile a toutefois remarqué une décrue certaine, mais lente, dans plusieurs cours d'eau de la région.

En mode décrue des eaux à Rouyn-Noranda

[Pour] plusieurs rivières, notamment la Kinojévis qui affecte [le niveau] des lacs Beauchastel, Bruyère et Montbeillard, les niveaux sont en baisse progressive. Par contre, on nous prévient qu'avec des niveaux élevés comme ça, l'arrivée d'une précipitation abondante pourrait ralentir cette décrue. Mais pour le moment, on est en mode décrue, explique le directeur de la Sécurité civile et incendie pour l'Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec, Gaétan Lessard.

Par ailleurs, la Ville de Rouyn-Noranda continue de surveiller le niveau de l'eau sur son territoire. Si elle note aussi une baisse dans l'ensemble de ses lacs, la diminution est lente dans le secteur lac Opasatica. Elle demande d'ailleurs aux riverains de conserver leur digue jusqu'à ce qu'un avis contraire soit émis.

D'autre part, le rang du Lac-Bruyère a été rouvert à la circulation. La circulation se fait par contre avec escorte sur le chemin Beauchastel et le rang Lavigne et en alternance sur la route des Pionniers.

Situation sous surveillance au Témiscamingue

Il n'y a pas de risque d'affaissement de terrain pour le moment à Notre-Dame-du-Nord. C'est ce que concluent les experts de la Sécurité civile du Québec qui ont évalué les berges de certaines résidences de Notre-Dame-du-Nord.

Une zone jugée à risque a toutefois été délimitée par une clôture chez certains résidents de la rue Principale. Cette zone ne peut être traversée pour le moment. Les terrains et les berges seront réévalués lorsque le niveau de l'eau aura baissé.

Pour le lac Témiscamingue et le réservoir du lac des Quinze, on aurait atteint la pointe et on serait en descente lente de l'ordre de 2 à 3 centimètres par jour. Mais il faut s'armer de patience avant que l'eau ne quitte véritablement les terrains, les infrastructures et les routes touchés, ajoute Gaëtan Lessard.

Une promenade en bois près d'un lac est barrée par une barrière indiquant «fermé».La promenade longeant le lac Témiscamingue à Notre-Dame-du-Nord est fermée en raison du niveau de l'eau. Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Pour la rivière Harricana, après une légère hausse jeudi, le niveau de l'eau devrait aussi continuer à baisser.

Des compensations possibles

Gaëtan Lessard affirme que dans plusieurs secteurs, le niveau de l'eau enregistré est historique, notamment au Témiscamingue, à Rapide-Danseur et à Duparquet.

La Sécurité civile précise que les citoyens touchés par les inondations peuvent obtenir l'aide du gouvernement du Québec.

Il y a aussi la Croix-Rouge canadienne qui peut leur verser aide financière pouvant atteindre 600 dollars. À ce jour, l'organisme n'a cependant reçu aucune demande ni de la part des citoyens ni des municipalités.

Abitibi–Témiscamingue

Environnement