•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'insomnie chronique liée à des problèmes de mémoire

Une femme éveillée dans un lit.
Environ 10 % de la population adulte présente des problèmes d'insomnie chronique. Photo: iStock
Radio-Canada

Les fonctions cognitives des personnes de 45 ans et plus sont perturbées par l'insomnie chronique, et ce, indépendamment de l'effet des autres problèmes de santé associés à ce trouble du sommeil qui touche environ 10 % de la population adulte.

Les fonctions altérées sont notamment celles de la mémoire des faits, des concepts, des mots et des lieux.

Ce constat a été établi par des chercheurs québécois associés aux universités de Montréal et Concordia à la suite d’une analyse des données de sommeil issues de la cohorte pancanadienne ELCV (Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement) qui a porté sur 28 485 participants provenant de plusieurs villes canadiennes, dont Montréal.

Le saviez-vous?

  • On parle d’insomnie chronique lorsqu’une personne présente de la difficulté à s'endormir ou à rester endormie au moins trois nuits par semaine durant plus de trois mois, avec des impacts sur son fonctionnement pendant la journée tels que des changements de l’humeur, de l’attention et de la concentration.
  • Il faut la distinguer de la simple présence de symptômes d'insomnie qui n’ont pas d’impact sur le fonctionnement diurne.

À ce jour, plusieurs études ont montré des liens entre insomnie et difficultés cognitives, mais elles avaient été effectuées sur un nombre limité de personnes, et les résultats n’étaient pas toujours cohérents.

Dans les présents travaux, les participants appartenaient à trois groupes :

  • Certains étaient atteints de problèmes d'insomnie chronique;
  • Certains présentaient des symptômes d'insomnie sans plainte d'impact sur le fonctionnement diurne;
  • Certains présentaient une qualité de sommeil normale.

Ces personnes ont entre autres rempli des questionnaires et subi des examens physiques et une batterie de tests neuropsychologiques, qui ont été utilisés pour évaluer différentes fonctions cognitives et la qualité du sommeil.

« L'insomnie chronique est souvent associée à plusieurs autres troubles (ex. : anxiété, douleur chronique) qui peuvent aussi avoir un impact sur les fonctions cognitives, ce qui rend difficile d'établir la contribution directe de l'insomnie aux troubles cognitifs », explique le Dr Dang-Vu, titulaire de la chaire de recherche sur le sommeil, la neuro-imagerie et la santé cognitive de l'Université Concordia et professeur au Département de neurosciences de l'Université de Montréal.

Le but de notre étude était donc d'étudier précisément le lien entre l'insomnie chronique et les fonctions cognitives dans un large échantillon de personnes d'âge moyen et de personnes âgées, en tenant compte de l'effet possible de ces autres troubles de santé.

Dr Dang-Vu

Les grands constats :

  • Les personnes appartenant au groupe souffrant d'insomnie chronique ont significativement moins bien performé aux tests que celles des deux autres groupes.
  • La mémoire déclarative (mémoire basée sur des concepts et des faits, comme le sens des mots, les lieux et événements historiques) est particulièrement affectée.

Le saviez-vous?

  • Le nombre d’heures de sommeil recommandé pour les adultes se situe entre sept et neuf heures.
  • Le tiers des Canadiens âgés de 18 à 64 ans ne dorment pas le nombre d'heures recommandé.
  • En moyenne, les Canadiens adultes de 18 à 64 ans dorment 7,12 heures, mais une différence existe entre les hommes (7 heures) et les femmes (7,24 heures).
  • Dormir moins de 7 heures par nuit modifie l'activité des marqueurs biologiques associés au rythme circadien, comme les hormones.
  • À long terme, les problèmes liés au manque de sommeil sont sérieux et comprennent la dépression, des troubles de la mémoire, du stress chronique et l’obésité.

Des effets à long terme?

Les chercheurs veulent maintenant mieux cerner la relation entre mauvais sommeil et troubles cognitifs.

Est-ce que la présence d'une insomnie chronique prédispose au déclin cognitif? Est-ce qu'il s'agit de déficits cognitifs qui sont réversibles avec le traitement des troubles du sommeil?

Dr Dang-Vu

La meilleure compréhension de cette relation aura, selon les chercheurs, un impact important dans la prévention et la prise en charge des troubles cognitifs liés au vieillissement.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Sleep (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Médecine

Science