•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des baigneurs refusés à la future piscine de Beaupré?

Le centre multifonctionnel de la ville de Beaupré

La piscine sera ajoutée au centre multifonctionnel de Beaupré.

Photo : Ville de Beaupré

Maxime Corneau

La nouvelle piscine publique qui sera construite à Beaupré sème déjà la zizanie. Le maire de la Ville a annoncé son intention d'en interdire l'accès aux citoyens de plusieurs municipalités de la Côte-de-Beaupré, une décision qui soulève l'indignation.

La piscine semi-olympique en question sera construite en 2020 à même le centre multifonctionnel de Beaupré, un projet estimé à 9 millions de dollars payé en partie par Québec et la MRC de La Côte-de-Beaupré.

À l’origine, le projet était celui de cinq municipalités qui devaient se partager le coût du déficit d’opération de l’installation, en fonction d’une quote-part: Beaupré, Sainte-Anne-de-Beaupré, Saint-Joachim, Saint-Tite-des-Caps, Saint-Ferréol-des-Neiges et Saint-Tite-des-Caps.

Mais coup de théâtre ; Saint-Ferréol-de-Neiges et Saint-Tite-des-Caps ont choisi de refuser de payer cette fameuse quote-part, invoquant notamment leur capacité de payer et l’éloignement.

Pour le maire de Beaupré, Pierre Renaud, il n’en fallait pas plus pour leur couper l’accès. « Une piscine, c’est déficitaire alors on ne peut pas travailler avec le principe d’utilisateur-payeur parce que le propriétaire de la piscine assumerait tout ce qui est déficit », explique-t-il.

Selon lui, il s’agit d’une question de justice pour ces citoyens.

Je ne veux pas empêcher l’accès. Mais par question d’équité, je me dois pour mes citoyens qui eux vont payer, je ne peux pas leur imposer de payer pour des citoyens qui ont refusé d’adhérer à un projet régional.

Pierre Renaud, maire de Beaupré

« Injustice! »

Pour le maire de Saint-Tite-des-Caps, Majella Pichette, il s’agit ni plus ni moins que d’une injustice. Il rappelle que la MRC, dont sa municipalité fait partie, payera une partie de la facture.

« Les gens du Mont-Sainte-Anne, qui sont dans des condos, vont avoir le droit d’y aller parce qu’ils sont sur le territoire de Beaupré. D’avoir des gens de Montréal qui sont en condo qui vont à piscine pis que nous autres à Saint-Tite on n'a pas le droit d’y aller, c’est un peu ridicule », déplore M. Pichette.

Il explique que sa municipalité a proposé de payer une quote-part réduite pour compenser l’éloignement de ses citoyens. Il espère d’ailleurs que les négociations reprendront. « Ils devraient avoir un peu de compassion envers les gens qui sont plus loin », conclut-il.

Le maire de Beaupré, Pierre Renaud, souhaite lui aussi que tous les maires en arriveront à une entente avant l’ouverture prévue de la piscine, en 2021.

Avec la collaboration de Jean-François Nadeau

Politique municipale

Politique