•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arsenic : l'étude de biosurveillance nuira-t-elle à l'image de Rouyn-Noranda?

Diane Dallaire, mairesse de Rouyn-Noranda, dans les studios d'ICI Abitibi-Témiscamingue.

Diane Dallaire, mairesse de Rouyn-Noranda, dans les studios d'ICI Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Angie Landry

Radio-Canada

L'étude révélant une surexposition à l'arsenic chez les enfants du quartier Notre-Dame pourrait-elle nuire à l'image de Rouyn-Noranda?

La mairesse, Diane Dallaire, croit que non. Sur nos ondes ce matin, elle affirmait que Rouyn-Noranda était déjà connue au Québec pour ses bons côtés.

Rouyn-Noranda rayonne déjà sous plusieurs aspects, que ce soit le côté culturel, nos événements, notre villégiature. C'est une ville active qui attire de plus en plus les gens. Maintenant, c'est sûr que c'est préoccupant. On pourrait peut-être aussi rayonner par notre mobilisation incroyable. À Rouyn-Noranda, quand il y a un problème qui arrive, regardez-nous bien aller, on va réussir à passer au travers, dit-elle.

Des défis pour l'attraction?

Depuis quelques mois, Tourisme Abitibi-Témiscamingue agit aussi en tant qu'agence d'attractivité pour la région, notamment pour la main-d'oeuvre.

La couverture médiatique nationale de cet enjeu de santé publique pose-t-elle des défis à l'Association touristique?

Cest difficile à dire à ce moment-ci, mais de manière générale, ce qu'on voit sur nos plateformes à Tourisme Abitibi-Témiscamingue, ça ne sort pas encore, on n'a pas encore de questionnements, il n'y a pas de journalistes qui nous ont appelé par rapport à cette situation-là, affirme la directrice adjointe de l'association touristique, Stéphanie Lamarche.

Par rapport à la main-d'oeuvre, je pense que ce qu'il faut, c'est de se garder informés, parce que quand il y aura du recrutement, c'est là que les questions vont se poser. Ça va être beaucoup du one on one avec les gens qui vont se présenter en salon ou en mission, ajoute-t-elle.

Abitibi–Témiscamingue

Tourisme