•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un bon été s’annonce pour les papillons monarques

Un papillon monarque se tient sur une feuille.

Les papillons monarques parcourent plus de 4 000 kilomètres entre le Mexique et le Nord de l’Ontario.

Photo : Darlene Burgess

Radio-Canada

Les observateurs de papillons de l'Ontario ont de quoi se réjouir. Un plus grand nombre de monarques pourraient se diriger vers le nord de la province cet été.

Les monarques arrivent en si grand nombre que leur population est mesurée par la superficie qu’elle recouvre.

Cet hiver, les chercheurs ont découvert que les papillons occupaient 6,05 hectares de forêt de conifères dans les montagnes des états du Michoacán et de Mexico, au Mexique.

Il s’agit d’une augmentation de 144 % par rapport aux 2,48 hectares mesurés l’an dernier, selon le Fonds mondial pour la nature.

Un parcours semé d’embûches

Un scientifique de Science Nord, Dan Chaput, explique que les papillons ont toutefois un long chemin à parcourir avant d’arriver en Ontario.

Tout dépend de ce qu’ils rencontrent entre le Mexique et Sudbury, a-t-il indiqué.

Dan Chaput dans la Galerie des papillons.

Dan Chaput est un scientifique à la Galerie des papillons F. Jean MacLeod, au musée Science Nord, dans le Grand Sudbury.

Photo :  CBC / Casey Stranges

Mais il y a beaucoup d’efforts de conservation en ce moment et je pense que nous allons voir les chiffres augmenter un peu.

Les monarques hivernent au Mexique et suivent une route migratoire à travers le sud des États-Unis au printemps, se nourrissant d’asclépiades en cours de route.

Ils apparaissent autour des Grands Lacs en été et pourraient arriver dans la région du Grand Sudbury à la fin de juillet.

M. Chaput a expliqué que les efforts déployés récemment pour attirer les monarques et pour conserver l’asclépiade ont contribué à une augmentation du nombre d’observations au cours des dernières années.

Nous voyons donc plus de monarques que jamais. Il fut un temps où nous n’avions pas beaucoup d’asclépiades, mais maintenant nous en avons, a-t-il précisé.

Nord de l'Ontario

Faune et flore