•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les changements à la présidence de Promotion Saguenay critiqués

Le conseiller municipal de Saguenay, Jonathan Tremblay
Le conseiller municipal de Saguenay, Jonathan Tremblay Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le conseiller municipal de Saguenay, Jonathan Tremblay, désapprouve la décision de la mairesse Josée Néron de céder son siège à Michel Potvin à la présidence de Promotion Saguenay.

Jonathan Tremblay croit que c’est une bonne chose que la mairesse se soit retirée de la présidence de Promotion Saguenay, mais estime que ce changement est essentiellement cosmétique.

Le conseiller municipal indépendant déplore que Josée Néron demeure sur le conseil d’administration de l’organisation.

On enlève la mairesse pour le promaire. Ils sont assis l’un à côté de l’autre et on les change de place. Finalement, moi, je trouve qu’il n’y a pas un gros changement.

Jonathan Tremblay, conseiller municipal à la Ville de Saguenay

Il aurait aimé que les élus soient consultés à ce propos.

Sur Facebook, l'élu de Jonquière écrit que ce changement de chaises ternit le renouveau tenté au sein de Promotion Saguenay.

C’est une occasion manquée d’avoir l’air cohérent avec ce qu’on avait dit, avec ce que madame la mairesse avait même dit en période électorale et [avec] ce qu’elle reprochait aussi à l’ancienne administration, affirme Jonathan Tremblay.

Le conseiller municipal indépendant se dissocie de cette décision, tout comme ses collègues de Jonquière Kevin Armstrong et Julie Dufour.

À l'encontre des promesses électorales

La présidente du conseil d'arrondissement de Jonquière a aussi publiquement critiqué le choix de Josée Néron. Pour elle, cette décision unilatérale va à l'encontre des promesses électorales de la mairesse.

C’est un peu de l’incohérence. On a changé les règlements à Promotion Saguenay donc c’est maintenant le conseil de ville qui vote le budget, on a choisi les administrateurs par un comité de sélection. À partir du moment où on fait confiance, et ce sont des choses qui avaient été promises, c’est de se dissocier de la décision qui avait été prise, dit Julie Dufour.

Michel Potvin est surpris de devoir ainsi essuyer la critique. Il rappelle que la mairesse avait le droit de procéder à cette nomination. Du même souffle, il ajoute que son adhésion et celle de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD), son parti politique et celui de Josée Néron, aux principes de démocratie ne font aucun doute.

Un peu plus on dit qu’on n’est pas démocratique. On est très démocratiques. Ils ont été très durs envers Josée. Oui, peut-être qu’on aurait pu consulter tout le monde et faire un grand déblatérage. On l’a pas fait.

Michel Potvin, président de Promotion Saguenay

Pas la place d'un élu

Le directeur général de l'Institut de la gouvernance d’organisations privées et publiques (IGOPP), Michel Nadeau, estime que les élus n'ont pas leur place au conseil d’administration de Promotion Saguenay. Il fait ainsi écho aux conclusions du rapport du ministère des Affaires municipales de juillet 2018.

Le travail de Promotion Saguenay est de faire le travail et à la fin de l’année, de venir rendre compte et se faire taper sur les doigts si le travail n’a pas été fait. Mais si M. Potvin, qui est du côté des élus, est-ce qu’il va se taper sur les doigts, lui qui est président de Promotion Saguenay? Je ne crois pas, conclut le directeur général de l’IGOPP.

À ce sujet, Michel Potvin répète ce que Josée Néron a déclaré mercredi :La ville met beaucoup d'argent dans Promotion Saguenay, ce qui justifie la présence des élus.

Avec les informations de Denis Lapierre

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique municipale