•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de New York annonce sa candidature pour la présidentielle 2020

Le maire de New York, Bill De Blasio se rend au meeting du Green New Deal à la Trump Tower, le 13 mai 2019.
Le maire de New York, Bill De Blasio, se rend au meeting du Green New Deal à la Trump Tower, le 13 mai 2019. Photo: Getty Images / Yana Paskova
Reuters

Le Maire démocrate de New York, Bill de Blasio, a annoncé jeudi sa candidature à la présidentielle de 2020 dans une vidéo postée sur YouTube.

Une porte-parole de la campagne a confirmé, après des mois de spéculation, que le maire ajouterait son nom à la liste des démocrates désireux de faire face au président Donald Trump.

Dans cette vidéo de 3 minutes, le maire de 58 ans, vantant les politiques qu'il a instaurées dans la première ville américaine au profit des « familles qui travaillent » depuis 2014, se dit « prêt à défier » le président actuel.

Le maire, qui est à la fin de son troisième et dernier mandat, s’est fait connaître en 2013 comme une voix de premier plan pour les démocrates.

Plus proche des positions de Bernie Sanders que d'Hillary Clinton pendant la campagne 2016 – même s'il dirigea la campagne victorieuse de celle-ci pour le Sénat en 2000 – cet ex-partisan des sandinistes du Nicaragua a introduit à New York l'école maternelle gratuite pour tous, relevé le salaire minimum à 15 $ de l'heure, et annoncé une couverture santé universelle.

Une course à l'investiture

L'actuel maire de New York doit se démarquer, car il fait face à près de deux douzaines de candidats démocrates déjà en lice, dont d’anciens hommes d'État américains. Parmi eux, le vice-président Joe Biden, mais aussi des icônes libérales comme les sénateurs américains Bernie Sanders, du Vermont, et Elizabeth Warren, du Massachusetts.

Bill de Blasio se targue dans sa vidéo d'avoir fait de la première métropole américaine « la grande ville la plus sûre des États-Unis », avec une baisse continue des homicides pendant son mandat. Mais son credo principal, comme lors de sa campagne pour la mairie de New York, porte sur la réduction des inégalités.

La plupart des New-Yorkais n’approuvent pas les aspirations présidentielles de leur maire. Un sondage récent, de l’Université de Quinnipiac, a révélé que 76 % d'entre eux n’appuient pas la candidature de Bill de Blasio contre 18 % seulement y étant favorables.

Marié à une femme noire avec qui il a eu deux enfants, Bill de Blasio est populaire dans la communauté noire. Mais, selon les sondages, les Hispaniques sont partagés et les Blancs majoritairement critiques de son mandat, même s'il a été facilement réélu pour quatre ans en 2017.

Sa popularité en a également pris un coup après une enquête fédérale faisant état du lien entretenu entre le maire, des organismes municipaux et des donateurs. De Blasio a nié toute inconduite, se défendant d'avoir agi de manière appropriée.

De Blasio a fortement critiqué Trump sur des questions touchant aux changements climatiques, à l’immigration et à la police.

Lundi, il a tenu une conférence de presse dans la tour Trump appelant le président à respecter les nouvelles normes d’émissions de gaz à effet de serre. Il y dénonce le bilan carbone de ce gratte-ciel de 58 étages, parmi les plus polluants de la capitale financière américaine.

L’événement a attiré une vague d’insultes sur Twitter des deux fils aînés de Trump, Eric et Donald Jr. Le président a retweeté un message de son fils, Eric, dénigrant la gestion de Blasio de la ville natale de sa famille.

Politique américaine

International