•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Trump accorde un pardon à Conrad Black

Conrad Black

Conrad Black

Photo : La Presse canadienne / Darren Calabrese

Radio-Canada

Le président américain Donald Trump a accordé un pardon inconditionnel à l'ancien baron de la presse Conrad Black.

M. Black a passé trois ans et demi en prison aux États-Unis après avoir été condamné pour fraude et entrave à la justice.

Dans un communiqué, la Maison-Blanche souligne que la Cour suprême des États-Unis a annulé une grande partie des accusations retenues contre lui.

Elle souligne aussi les réalisations de Conrad Black, qui a déjà été à la tête d’un des plus importants empires de presse du monde.

M. Black est également l’auteur de plusieurs ouvrages historiques et biographies, dont celles des présidents américains Franklin D. Roosevelt et Richard Nixon, ainsi que celle du premier ministre du Québec Maurice Duplessis.

L’an dernier, Conrad Black a aussi publié une biographie élogieuse de Donald Trump intitulée Donald J. Trump : A President Like No Other.

La Maison-Blanche ajoute dans son communiqué que des personnalités en vue, dont l’ancien secrétaire d’État Henry Kissinger, lui ont accordé leur soutien.

Âgé de 74 ans, Conrad Black a dirigé un groupe de presse propriétaire notamment du National Post, du Chicago Sun-Times, du Daily Telegraph en Grande-Bretagne et du Jerusalem Post.

Né au Canada, il avait renoncé à sa citoyenneté canadienne en 2001 pour pouvoir accéder à la Chambre des Lords, en Grande-Bretagne.

Un homme aux cheveux blancs qui fait marcher ses chiens

Conrad Black est revenu vivre à Toronto après sa libération en 2012.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

En 2007, il avait été reconnu coupable d'avoir comploté pour détourner des millions de dollars tirés de la vente de journaux du groupe Hollinger, dont il était chef de la direction et président du conseil.

Les condamnations pour deux des trois chefs d'accusation ont été annulées et sa peine de prison a été écourtée.

Conrad Black a toujours clamé son innocence dans cette affaire. Il est revenu vivre au Canada en 2012.

Avec les informations de Associated Press, et CBC

Justice

International