•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manque-t-on de gériatres francophones au Manitoba?

Une femme âgée s'appuie sur une marchette.

Le vice-président des services médicaux pour la région Santé Sud, Denis Fortier, reconnaît qu’il existe un manque de spécialistes en gériatrie pouvant s’exprimer en français dans la province, mais estime que cette pénurie est équilibrée par le nombre de médecins de famille francophones.

Photo : iStock / Katarzyna Bialasiewicz

Pierre Verrière

Avec le vieillissement de la population francophone se pose la question de l'offre de soins adaptés à ce public et administrés en français. Si le Manitoba manque de médecins francophones spécialisés en gériatrie, un représentant des services de santé de la province estime qu'il y a pour l'instant assez de médecins de famille pour répondre aux besoins des aînés francophones.

Carmen LaRoche n’est pas du genre à attendre avant d’aller voir le médecin, mais l’aînée de 83 ans confie qu’il n’est pas aisé de trouver des spécialistes francophones vers qui se tourner.

« J’ai fait affaire avec des dermatologues, des spécialistes pour les oreilles et je n’ai pas eu de services en français », raconte la résidente de l'Accueil colombien, à Saint-Boniface.

« On se débrouille en anglais, mais ce n’est pas évident. »

Le vice-président des services médicaux pour la région Santé Sud, Denis Fortier, reconnaît qu’il existe un manque de spécialistes pouvant s’exprimer en français dans la province.

« Il y a une pénurie de spécialistes en gériatrie pour les francophones », souligne le Dr Fortier.

« À ce point-ci, c’est correct parce qu’on a beaucoup plus de médecins de famille et d’infirmières en pratique avancée francophones qui sont qualifiés et qui ont les compétences pour aider nos aînés francophones avec leurs maladies chroniques », estime-t-il toutefois.

Une femme agée aux cheveux courts porte un chandaille rose.

Carmen LaRoche, 83 ans, habite dans une résidence à Winnipeg. Elle dit avoir du mal à trouver des médecins francophones spécialisés en gériatrie lorsqu'elle a besoin de soins.

Photo : Radio-Canada

Il ajoute que, dans certains cas plus complexes, il sera plus difficile de trouver des médecins francophones. « Si un patient est atteint d’une maladie un peu plus compliquée et que l’infirmière ou le médecin de famille a besoin de l’aide d’un spécialiste, c’est correct. On n’a pas accès nécessairement à des spécialistes dans tous les domaines », estime le spécialiste.

Deux types de spécialistes en gériatrie existent au Manitoba : ceux qui se sont spécialisés dans la médecine interne avec une sous-spécialité en gériatrie et les médecins de famille qui ont fait une année supplémentaire d’études en gériatrie.

« Nous avons les deux types de spécialistes au Manitoba, mais la majorité est en ville, et il y en a très peu en milieu rural », explique Denis Fortier.

Le Dr Fortier admet que, pour les aînés plus que pour les autres, il est important de pouvoir communiquer avec le système de santé dans sa langue maternelle.

« Quelqu’un qui est parfaitement bilingue peut dans un moment de stress – et les maladies sont des moments de stress – chercher ses mots et risque de ne pas communiquer comme il veut », note le Dr Fortier.

Pour lui, le fait de pouvoir s’exprimer dans sa langue est aussi une question de sécurité.

Manitoba

Francophonie