•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins de cas non critiques dans les urgences de la Mauricie et du Centre-du-Québec

Une chambre d'hôpital.
L'urgence du Centre Cloutier-du Rivage, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, à Trois-Rivières Photo: Radio-Canada / Josée Ducharme
Radio-Canada

Le nombre de patients dont l'état est moins critique est en baisse dans les urgences de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Les autorités de la santé croient que l'accès à un médecin de famille a contribué à cette baisse.

Il y a eu environ 11 000 visites ambulatoires de moins dans les urgences de la région, donc de patients dont l’état est moins urgent et qui nécessitent de moins longues hospitalisations. Il y en a eu 171 292 en 2018-2019, comparativement à 183 419 en 2017-2018.

Les autorités de la santé croient qu’ils se sont probablement dirigés vers un médecin de famille, un autre professionnel de la santé, comme un pharmacien, ou une clinique qui reçoit ceux qui n’ont pas de médecin de famille, par exemple la superclinique à Trois-Rivières.

De plus en plus de citoyens ont accès à un médecin de famille dans la région et c’est probablement ce qui explique le changement dans les statistiques, selon le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ).

Dans la région, 89 % des gens ont maintenant un médecin de famille. En 2014, 78 % en avaient un.

Les autorités de la santé constatent tout de même un alourdissement de la clientèle (plus d’usagers sur civière, plus de personnes âgées de 75 ans et plus) et une augmentation des transports ambulanciers, indique le CIUSSS MCQ.

Mauricie et Centre du Québec

Santé publique