•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Outaouais n'échappe pas à la pénurie de main-d'oeuvre

Une annonce d'emploi dans le stationnement de la chaîne d'entrepôts Rona.
L'Outaouais n'échappe pas à la pénurie de main-d'oeuvre qui sévit partout au Québec. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les chercheurs d'emploi sont très sollicités en Outaouais. La pénurie de main-d'oeuvre qui sévit partout au Québec complique le processus de recrutement de nouveaux employés pour plusieurs entreprises de la région.

Les adolescents et les jeunes adultes sont aux premières loges pour constater l'étendue de la demande, selon certains. Personnellement, je trouve que c'est très facile de se trouver un emploi, affirme Janie Boivin, une étudiante du Cégep de l'Outaouais.

Je dois avoir reçu une dizaine [d'offres] d'emploi et je n'en cherche pas. J'ai déjà ma propre compagnie, j'ai un emploi d'été déjà trouvé, mais je me fais régulièrement offir des emplois, renchérit Hélène Painchaud, une autre étudiante de l'établissement.

Les employés potentiels se font tellement courtiser qu'ils peuvent avoir le luxe de négocier leurs conditions de travail. Je regarde juste mon fils ou ses amis [...] Si on lui demande de travailler les fins de semaine puis que ça ne fait pas son affaire, il va aller voir ailleurs, constate Sylvie Turnbull, une enseignante responsable du Club des entrepreneurs du Cégep de l'Outaouais.

Au cours de la dernière année, le recrutement de personnel s'est intensifié de façon telle que le Carrefour jeunesse emploi de l'Outaouais a organisé une deuxième foire d'emplois pour répondre aux besoins des employeurs. Plus d'une trentaine d'entre eux sont déjà inscrits à la foire du 24 septembre prochain.

Déjà l'an passé, j'avais des appels régulièrement d'employeurs qui me disaient : ''Qu'est-ce que tu peux faire concrètement pour m'aider?'', se remémore Véronique Bernier, coordonnatrice de projets au Carrefour.

La Chambre de commerce de Gatineau a d'ailleurs organisé, mercredi matin, un atelier pour les employeurs de l'Outaouais afin les aider à combler leurs besoins.

Les employeurs doivent être plus attentifs et flexibles pour garder leurs employés, puisque la rémunération n'est pas le facteur le plus important, selon le conférencier invité Pierre Côté, fondateur de l'indice de bonheur Léger. Il faut absolument que les gens puissent se réaliser. Le climat de travail est essentiel. Il faut que les employés soient reconnus, fait valoir l'expert.

Des secteurs plus fortement touchés que d'autres

Certains secteurs d'emplois ont plus de difficultés à recruter en raison de la concurrence des plus gros marchés. C'est certain que dans notre industrie, aller chercher des gens qui sont très spécialisés dans la production, ce n'est pas toujours facile, explique Philippe Boily, président de la boîte de production vidéo GammaPro.

Souvent, il y a l'exode vers Montréal ou Toronto.

Philippe Boily, président de la boîte de production vidéo GammaPro

N'offrant que très peu de possibilités d'avancement, les employeurs du secteur de la restauration se retrouvent souvent à la case départ. Je sais qu'ils ne resteront pas pendant des années [les employés], c'est normal, reconnaît Maxime Phillips, propriétaire du restaurant La belle verte.

Bien que la pénurie de main-d'oeuvre ne fasse aucun doute, certains ne sont pas en mesure d'en profiter bien malgré eux. Il reste encore beaucoup de sensibilisation à faire auprès des employeurs [en ce qui concerne les] personnes avec une limitation physique ou encore la clientèle immigrante, soutient Mme Bernier.

Avec les informations de Rachel Gaulin et Josée Guérin

Ottawa-Gatineau

Emploi