•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement de Doug Ford coupe les vivres à un centre de recherche sur les cellules souches

Une fiole contenant de l'herbe blanchie dans un liquide transparent tenu entre son pouce et son index par une chercheuse.

Le financement de l'Institut ontarien de la médecine régénérative ne sera pas renouvelé après mars 2020.

Photo : Reuters

Philippe de Montigny

Le gouvernement de Doug Ford ne reconduira pas le financement de l'Institut ontarien de la médecine régénérative. Ce programme, qui soutient la recherche sur les cellules souches, cherche à mettre au point des traitements et des thérapies pour aider les patients atteints de maladies débilitantes et chroniques.

L’Institut ontarien de la médecine régénérative a été établi en 2014 par le précédent gouvernement libéral. Son financement provincial de 25 millions de dollars sur cinq ans arrivera à échéance en mars prochain.

Le président de l'Institut, Duncan Stewart, se dit très déçu, d'autant plus que la décision a été prise avant même que l'évaluation du programme, entamée cette semaine, soit complétée.

Il nous reste un an pour trouver un moyen de continuer notre travail important.

Duncan Stewart, président de l’Institut ontarien de la médecine régénérative
Le président et directeur scientifique de l'Institut ontarien de la médecine régénérative, Duncan Stewart.

Le président et directeur scientifique de l'Institut ontarien de la médecine régénérative, Duncan Stewart.

Photo : Mike Crawley/CBC

Selon lui, l'Institut a fait ses preuves et travaille de concert avec le secteur privé pour bonifier la recherche sur les cellules souches, qui permettrait de sauver des vies à long terme.

Le ministre ontarien du Développement économique, de la Création d'emplois et du Commerce, Todd Smith, croit justement que plusieurs organisations n'ont pas besoin de fonds publics étant donné les investissements du secteur privé.

Nous voulons nous assurer d’investir l’argent là où il le faut.

Todd Smith, ministre du Développement économique, de la Création d’emplois et du Commerce

Investissements privés

Le néonatologue Bernard Thébaud de l'Hôpital pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO) à Ottawa n'est pas du même avis.

Son équipe a obtenu 100 000 $ de l'Institut afin de développer un traitement pour les nouveaux-nés atteints de lésions pulmonaires. Un financement public est essentiel, selon lui, pour la phase de découverte.

C'est que après que les secteurs privés deviennent vraiment intéressés dans un projet, dans un produit. Le financement de l'OIRM [Institut ontarien de la médecine régénérative] est vraiment crucial, affirme le chercheur, qui est aussi professeur de pédiatrie à l’Université d’Ottawa et scientifique principal à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa.

Le chercheur en médecine régénérative, Bernard Thébaud.

Le chercheur en médecine régénérative, Bernard Thébaud, estime que le financement public est essentiel pour la phase de découverte.

Photo : Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa

S’il y a un secteur où il faut investir aujourd’hui en médecine, c’est la médecine régénérative à cause du potentiel pour les patients, qui est énorme, mais aussi le potentiel de commercialisation.

Bernard Thébaud, chercheur en médecine régénérative

Selon lui, en refusant de renouveler ce financement, la province rate une occasion de réaliser des avancées médicales et d’exploiter de nouvelles opportunités d'affaires.

Politique provinciale

Politique