•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une usine de La Baie mise sur la formation pour favoriser la rétention de personnel

Un travailleur soude des bagues de jonction sur un tuyau en acier.
Joël Gagné perfectionne ses techniques de soudure grâce à la formation. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, bien des gens d'affaires ont la même question sur les lèvres. Ils se demandent comment ils pourraient s'y prendre pour conserver leurs travailleurs plus longtemps. Au sein de l'entreprise JMY de La Baie, une piste de solution a été trouvée.

Les employés s’y voient offrir de la formation en usine pour qu’ils aient l’occasion d’acquérir des compétences sur place ou encore d'y parfaire leurs connaissances. Ils peuvent ainsi obtenir un diplôme d’études professionnelles en soudage et en montage, ce qui les motive au plus haut point.

Le monteur-assembleur Joël Gagné voit cette possibilité d’un très bon œil. Il reconnaît que depuis son arrivée sur le marché du travail, il a oublié certaines des connaissances acquises sur les bancs d’école. Or, grâce à la formation, il peut maintenant corriger le tir.

J’ai perdu de petites notions, mais ça revient. Je trouve ça formidable, lance-t-il, enthousiaste.

Le soudeur Dario Bouvette soutient, quant à lui, qu’il prend petit à petit du galon grâce à la formation.Tranquillement, pas trop vite, mes superviseurs me donnent de plus en plus de responsabilités, constate-t-il, avec joie.

Jean-Marc Maltais, qui est l’un des copropriétaires de l’entreprise JMY, soutient, pour sa part, que les employés tendront à devenir plus interchangeables au fil du temps.

Si on a besoin d’un soudeur et qu’on a seulement un monteur, le monteur va pouvoir faire du soudage.

Jean-Marc Maltais, copropriétaire, entreprise JMY

Ça rendra les gens polyvalents, observe-t-il.

Au total, sept employés de l’entreprise JMY doivent obtenir des diplômes d’études professionnelles ce printemps. Plus de vingt de leurs collègues espèrent parvenir à les imiter d’ici un an et demi.
Cette compagnie fabrique un large éventail de pièces en métal qui peuvent aussi bien se retrouver dans un barrage de Rio Tinto que dans du matériel permettant de décorer divers plats comme des pâtés à la viande.

Avec les informations de Gilles Munger

Saguenay–Lac-St-Jean

Éducation