•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soudan : suspension du dialogue jusqu'à la levée des barrages par les manifestants

Des manifestants érigent une barricade le long d'une rue lors de manifestations dans le centre de Khartoum.

Les barrages dans des rues passantes de Khartoum ont provoqué lundi et mercredi des frictions entre forces de l'ordre et manifestants.

Photo : Reuters / Mohamed Nureldin Abdallah

Agence France-Presse

Le Conseil militaire au pouvoir au Soudan a suspendu mercredi les discussions sur la transition politique jusqu'au démantèlement des barrages routiers érigés par les manifestants hors du lieu du principal sit-in à Khartoum, ont indiqué à l'AFP des chefs de la contestation.

Les barrages dans des rues passantes de la capitale soudanaise ont provoqué lundi et mercredi des frictions entre forces de l'ordre et manifestants. Cinq civils et un militaire ont été tués par balle lundi, et au moins huit personnes ont été blessées mercredi lorsque des forces de l'ordre ont tenté de démanteler ces barricades, selon des témoins.

« Le Conseil militaire a suspendu les discussions. Ils nous ont demandé de démanteler les barrages dans certaines parties de la capitale », a déclaré Rachid al-Sayed, porte-parole de l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance du mouvement de protestation.

Il faisait référence aux barricades érigées ces derniers jours par les manifestants dans de grandes avenues proches du sit-in permanent, face au quartier général de l'armée.

« Le Conseil militaire nous a dit que les manifestants doivent démanteler les barricades et réintégrer le principal sit-in », où les manifestants campent depuis le 6 avril, selon la même source.

Un autre leader des protestataires, Ahmed al-Rabie, a confirmé la demande de suspension des militaires.

« Le Conseil militaire nous a contactés pour dire qu'il ne reprendra les discussions qu'après le démantèlement des barrages », a-t-il dit.

Le Conseil et l'ALC étaient censés négocier mercredi soir les derniers points d'un accord sur les institutions de la période de transition, à savoir la composition d'un Conseil souverain. Cet organisme, un cabinet et une assemblée législative devaient préparer le pays, sur une période de transition de trois ans, à un transfert du pouvoir aux civils.

Afrique

International