•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

The Big Bang Theory tire sa révérence

Les quatre personnages principaux de la série «The Big Bang Theory» sont assis autour d'une table, mangent et discutent. D'autres personnes sont assises à d'autres tables.
Une scène de la série The Big Bang Theory Photo: Warner Bros. Television.
Radio-Canada

Après 12 saisons et 279 épisodes, la comédie de situation The Big Bang Theory s'achève, au faîte de sa gloire. Le dernier épisode des aventures des geeks les plus connus du petit écran est diffusé jeudi soir sur la chaîne de télévision CBS.

Pour finir en beauté, CBS diffusera un épisode double de The Big Bang Theory d’une durée totale d’une heure.

Un succès populaire

À ses débuts, cette série centrée sur une bande de scientifiques semblait destinée à un public restreint, mais elle s'est imposée comme l'une des plus regardées au monde.

Pendant presque toute la douzième saison, l’audience américaine de la série a dépassé les 12 millions de téléspectateurs en direct – plus de 17 millions en comptant le visionnage en différé – par épisode.

Cela place The Big Bang Theory au même niveau que Game of Thrones et au sommet de la télévision américaine.

L’incontournable Jim Parsons

En parallèle, la série a décroché en tout 10 prix Emmy, dont trois ont été remportés par l’acteur Jim Parsons, qui joue le populaire personnage de Sheldon Cooper. Jim Parsons a également obtenu un Golden Globe en 2011 pour ce rôle.

C’est d’ailleurs la volonté de Jim Parsons d’arrêter d’incarner Sheldon Cooper qui a poussé CBS à mettre fin à la série.

Pour le producteur et scénariste Stephen Engel, qui a travaillé sur une trentaine d'épisodes durant les premières saisons, The Big Bang Theory doit beaucoup de son succès à Sheldon.

C'était le mélange heureux d'un personnage et d'un acteur, qui était simplement magique, a-t-il indiqué dans un entretien à l'AFP.

Aussi brillant scientifique que maladroit en société, Sheldon était le mariage parfait d'un point de vue, d'humour, d'une voix et d'un acteur qui faisait que le personnage crevait l'écran, dit Stephen Engel.

Jim Parsons posant devant son étoile à Hollywood.Jim Parsons lorsqu'il a reçu son étoile à Hollywood en 2015. Photo : Getty Images / Alberto E. Rodriguez

Des nerds enfin représentés à la télévision

Arrivée sur les écrans en 2007, The Big Bang Theory a également profité de la montée en puissance de la culture geek, qui s’est ensuite notamment manifestée par la création de Game of Thrones et la multiplication des déclinaisons de l’univers Marvel au cinéma.

Longtemps marginale, mais de plus en plus populaire aujourd'hui, la culture geek réunit les amateurs de superhéros, de fictions fantastiques, de technologie, de science-fiction ou encore de jeux vidéo.

Dans la foulée de Friends, il y avait une tendance à mettre le plus possible de gens mignons dans la même pièce en espérant que les gens veuillent regarder, explique Stephen Engel.

The Big Bang Theory a décidé que parce qu'ils étaient des nerds nous pouvions prendre les acteurs les plus drôles que nous pouvions trouver. Ils n'avaient pas besoin d'être beaux,a-t-il ajouté.

Avec les informations de Agence France-Presse, BBC, et Vox

Séries télé

Arts