•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un service de proximité pour les femmes en recherche d'emploi à Sherbrooke

Geneviève Collette devant une bannière du projet Travaille à faire ta place.
Geneviève Collette, directrice générale de CIME, lançait ce matin un nouveau service de proximité pour les femmes en recherche d'emploi. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le Centre d'intégration au marché de l'emploi (CIME) met en place un nouveau service de proximité pour aider les femmes dans leur démarche de recherche d'emploi. Les intervenantes se déplaceront dans la communauté, allant même jusqu'au domicile des participantes.

Le projet Travaille à faire ta place cible les femmes qui n’utilisent pas les ressources officielles d’aide à l’emploi.

Le Centre avait dénoté que de nombreuses femmes n’utilisaient pas les services en place à cause de certaines contraintes. Geneviève Collette, directrice générale du CIME, donne en exemple la conciliation travail-famille, les difficultés de transport, la proche aidance ou encore les situations financières précaires.

L’approche qu’on prône permet plus rapidement aux femmes de se remettre en mouvement et de se projeter dans un projet professionnel à court, moyen ou long terme.

Geneviève Collette, directrice générale du CIME

Les quartiers visés comportent un grand nombre de femmes issues de l’immigration.

Des femmes monoparentales, sous-scolarisées, ayant des problèmes de consommation ou de santé mentale font aussi partie de la clientèle, très variée, selon la directrice de CIME.

Le projet financé par le Secrétariat de la condition féminine se terminera en février 2020. L’objectif de CIME est de le faire financer de façon récurrente par Emploi-Québec. L’organisme évalue que ce projet touchera environ 150 femmes au cours des prochains mois.

Pour les intervenants d'organismes communautaires travaillant déjà sur le terrain, ce projet répond à un véritable besoin. C’est souvent un premier pas important à faire d’aller vers les gens d’abord. Ensuite, ils sont plus à l’aise d’aller vers les services ailleurs , mentionne Louis-Philippe Renaud, agent de liaison du Comité 0-5 ans dans le quartier Jardins-Fleuris.

Le projet prendra la forme de rencontres ou d’ateliers, en groupes ou individuels, dans les lieux et aux heures qui conviendront aux participantes.

À lire aussi :

Les Québécoises travaillent un peu moins, mais en plus grand nombre

Estrie

Emploi