•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des périodes de questions cacophoniques à Queen’s Park

La chef du NPD Andrea Horwath pointe un doigt vers les membres du gouvernement conservateur.
Andrea Horwath se fait éjecter de la Chambre le 12 septembre 2018 après avoir tapé sur son bureau alors que le gouvernement tentait de déposer le projet de Loi 31 qui réduit le nombre d'élus municipaux à Toronto avec la clause dérogatoire. Photo: The Canadian Press / Chris Young
Radio-Canada

Y a-t-il un déclin du décorum à l'Assemblée législative de l'Ontario ? La question se pose depuis l'arrivée au pouvoir des conservateurs de Doug Ford. La période de questions en Chambre est de plus en plus ponctuée d'interruptions, de chahutage et de rappels à l'ordre par le président.

Le président Ted Arnott, un conservateur, a dû interrompre la période de questions une douzaine de fois mercredi pour demander aux membres du gouvernement d'arrêter de chahuter.

C’est complètement irrespectueux envers la Chambre de voir des membres du gouvernement, pour la plupart, crier à tue-tête. Ce comportement est inacceptable, a lancé le président en Chambre.

Les interruptions fréquentes compliquent le processus démocratique conçu, justement, pour exiger des réponses du gouvernement, souligne le leader parlementaire de l'opposition néo-démocrate Gilles Bisson.

Si vous avez quelque chose à défendre, défendez-vous. Mais défendez-vous d'une manière qui respecte l'assemblée et qui respecte le public.

Gilles Bisson, leader parlementaire de l’opposition
Un homme avec un veston et une cravateLe leader parlementaire du NPD, Gilles Bisson Photo : Radio-Canada

Si votre seule réponse à ces questions-là est de hurler et d’envoyer des insultes, ça n'aide pas le gouvernement, ajoute le député néo-démocrate.

De son côté, le leader parlementaire du gouvernement, Todd Smith, n'y voit rien d'inhabituel. Il estime que le niveau de chahutage et d’échanges musclés en période de questions est semblable à celui de la session d’été, peu après l'arrivée au pouvoir des conservateurs.

Il y a certainement eu des situations où tout dégénère, mais j'en ai discuté avec mon homologue de l'opposition, dit-il.

Les deux politiciens se rencontrent chaque semaine pour discuter, entre autres, des problèmes de décorum en Chambre, précise M. Smith.

Politique provinciale

Politique