•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Des musées canadiens d’histoire naturelle à découvrir

    Deux visiteurs regardent un squelette de tyrannosaure au musée Tyrrell.
    La beauté noire, un jeune tyrannosaure, dont les os sont naturellement teintés par le manganèse du sol, compte parmi les plus belles pièces du Musée Tyrrell. Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    Nous soulignons le 18 mai la Journée internationale des musées en vous présentant plusieurs musées de sciences naturelles que nos journalistes nous ont fait connaître au fil des ans. De Drumheller, en Alberta, à la Baie-des-Chaleurs, découvrez fossiles, organes et ossements provenant des collections spécialisées en médecine et en paléontologie.

    Musée Royal Tyrrell de Drumhuller, en Alberta

    Découverte, 26 septembre 2010


    À l’occasion du 25e anniversaire du Musée Royal Tyrrell, l’émission Découverte du 26 septembre 2010 propose un reportage qui présente l’institution. Le journaliste Charles Tisseyre en fait la description.

    Le bâtiment grand et moderne est situé en plein cœur des Badlands, une région particulièrement riche en fossiles de dinosaures.

    Charles Tisseyre, journaliste animateur

    Une des vedettes incontestables du musée est l’Albertosaure, un dinosaure découvert par le géologue Joseph Burr Tyrrell en 1884.

    Parmi les « plus belles pièces, on compte la beauté noire », un jeune tyrannosaure dont les os sont naturellement teintés par le manganèse du sol.

    La collection muséale constitue une référence pour les paléontologues du monde entier.


    Musée médical Maude Abbott de l’Université McGill

    Téléjournal, 21 décembre 2018 (reportage non diffusé)

    Ce petit musée consacré à la médecine a ouvert ses portes récemment à Montréal. Le journaliste Sylvain Desjardins a visité les lieux en décembre 2018 en compagnie du directeur de l’établissement, le docteur Richard Fraser.

    Le musée médical de l'Université McGill a connu ses heures de gloire au 19e siècle, avant de sombrer dans l'oubli durant plusieurs décennies.

    Le professeur Fraser de la Faculté de Médecine de McGill a décidé de le faire revivre sous le nom de Maude Abbott, une des pionnières de l'institution.

    Cette immense collection d’organes humains a donc été constituée au 19e et au début du 20e siècle à des fins pédagogiques pour les étudiants en médecine.

    Sylvain Desjardins, journaliste

    Le professeur Fraser explique qu’à l’époque, les médecins pouvaient aisément prélever les organes de leur patient après une autopsie. Des cœurs, des poumons, des reins, sains ou gravement atteints, ont ainsi été prélevés sur des patients pour améliorer l’enseignement de la médecine.

    La collection vise à présenter non seulement différents types de maladies, mais également l’histoire de la profession médicale au Québec.


    Musée du Squelette de l’Île verte

    C’est ça la vie, 4 février 2010

    Dans le Bas-Saint-Laurent, un biologiste retraité de l’enseignement collectionne les squelettes. Pierre-Henry Fontaine expose des centaines de spécimens dans son musée de l’île Verte.

    Le 4 février 2010, le chroniqueur Normand Latour est allé à sa rencontre dans le cadre de l’émission C’est ça la vie.

    Vous ne trouverez aucune identification dans le musée pour que le visiteur soit obligé d’endurer le guide […] Les gens sont beaucoup plus affamés d’informations qu’on le pense.

    Pierre-Henry Fontaine, Fondateur et propriétaire du Musée du Squelette

    Le musée est divisé en plusieurs sections : la locomotion, les reptiles et dinosaures, les différentes manières d’identifier un squelette, le régime alimentaire, les cétacés et la paléontologie humaine.


    Musée d'histoire naturelle du parc national de Miguasha dans la Baie-des-Chaleurs

    Téléjournal, 17 juin 1991

    Le 17 juin 1991, au Téléjournal, l’animateur Bernard Derome présente le Musée Miguasha comme l’un des « principaux centres d’étude des fossiles au monde ».

    Le journaliste Marc Lavoie nous fait découvrir le musée alors qu’un symposium international de chercheurs s’y déroule.

    Les paléontologues présents sont impressionnés par la qualité des spécimens, comme « l’Eusthenopteron foordi en qui on a cru voir l’ancêtre des premiers amphibiens ». Un fossile qui permet d’expliquer la transition des nageoires des poissons aux pattes des animaux terrestres.

    On retrouve au parc national de Miguasha des fossiles vieux de 370 millions d’années reconnus pour la qualité de leur préservation.

    La préservation permet de reconstituer les espèces en trois dimensions, également de reconstituer l’anatomie interne des poissons.

    Daniel Vézina, paléontologue

    Depuis 1999, le site de Miguasha est inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

    Archives

    Science