•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des commerçants de la Plaza St-Hubert mécontents des indemnités de la Ville

Une rue dont le pavé est soulevé avec des clôtures et des tas de terre.

Les travaux sur la Plaza St-Hubert visent à remplacer égouts, aqueduc et infrastructures souterraines.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Anne Marie Lecomte

Des commerçants sont déçus du Programme d'aide financière de la Ville de Montréal créé pour compenser les pertes occasionnées par les travaux majeurs en cours sur la Plaza St-Hubert. Ces commerçants réclament que les revenus tirés des ventes en ligne ne soient pas comptabilisés dans le calcul des indemnités.

Le commerce de Richard Joly, Uniforme Plaza, a pignon sur rue. À l'approche des travaux majeurs de réfection de la rue Saint-Hubert, M. Joly a investi plus de 20 000 $ pour assortir son commerce d'un site Internet. Son but? Vendre en ligne et, ainsi, compenser la baisse de clientèle qu'entraîne immanquablement pareil chantier de construction.

La suggestion de vendre en ligne lui avait été faite par la Ville de Montréal : « Ils ont dit : ''Vu que vous allez avoir des baisses, parce qu’il y aura moins d’achalandage […], ouvrez-vous un site en ligne et vendez en ligne!" »

M. Joly est l'un des administrateurs de la Société de développement commercial de la Plaza St-Hubert, qui regroupe environ 400 commerces. Il dit avoir compris au départ que la Ville de Montréal ne considérerait pas les revenus issus des ventes en ligne quand viendrait le moment d'indemniser les commerçants de leurs pertes.

Or, la Ville prend en compte ces revenus générés par les ventes sur Internet. « Si t’as fait un beau travail de vente en ligne, tu n’auras pas de subvention, même si ton achalandage en magasin a été réduit de moitié », se désole Richard Joly.

Le Programme d'aide financière aux commerces affectés par des travaux majeurs est doté d'un budget de 25 millions de dollars d'ici 2021. Pour recevoir une aide maximale de 30 000$ par an, les commerçants doivent avoir subi une perte réelle. La Ville compare le bénéfice brut du commerçant durant les travaux avec celui réalisé lors d'exercices financiers antérieurs.

La Société de développement commercial de la Plaza St-Hubert fait valoir que la vente en ligne n'est pas la même chose que celle à des clients en chair et en os. « La subvention nous aide, parce qu’il y a moins d’achalandage dans le magasin, allègue M. Joly. La vente en ligne n’a rien à voir avec mon magasin! »

En réponse aux doléances de la Société de développement commercial de la Plaza St-Hubert, le Service de l'expérience citoyenne de la Ville de Montréal a répondu ceci à Radio-Canada : « La Ville encourage les commerçants situés dans les secteurs affectés par des travaux majeurs à trouver des méthodes alternatives pour maintenir leur chiffre d'affaires, malgré la présence du chantier ».

« La diversification commerciale fait partie des meilleures pratiques afin d'y arriver, poursuit la Ville. Pour un commerce, cette stratégie est beaucoup plus structurante économiquement à long terme que de recevoir un chèque d’aide financière de 30 000 $. »

Certes, les investissements de M. Joly dans la mise en place de son site Internet sont déductibles d'impôt. Le commerçant trouve néanmoins « étrange » que celui qui n'a pas déployé d'effort en ligne reçoive de l'aide, alors que lui n'en aura pas.

Marquise allégée, plaza plus accueillante

Une rue commerciale avec des voitures.

La Plaza St-Hubert à Montréal

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Cela dit, Richard Joly est heureux des travaux réalisés sur la Plaza St-Hubert. « Ils ont tout refait les entrées d’eau de tous les édifices au complet », se réjouit-il. Il reconnaît aussi qu'il aurait pu monter son site Internet à moindre coût, car la Ville a offert aux commerçants de l'aide professionnelle et des trucs à cette fin.

La Société de développement commercial de la Plaza St-Hubert a pu également recevoir des contributions financières de plus de 360 000 $ grâce à PR@M-Artère en chantier, autre programme d'aide municipal.

Une fois rénovée, la Plaza St-Hubert aura fière allure, croit Richard Joly. La marquise, qui fait sa signature depuis 1984, « sera plus basse, plus moderne, plus allégée », se réjouit-il. Les trottoirs seront élargis grâce à l'abolition d'une rangée de stationnements.

« Deux ans d'enfer... »

Les travaux sur la Plaza – réfection des infrastructures souterraines, aqueduc, égout – entamés en août dernier doivent se terminer en août 2020. La Ville de Montréal évalue que des 220 immeubles de la Plaza, une soixantaine sont exposés aux travaux majeurs en ce moment.

« C’est sûr que c’est difficile, dit Richard Joly. C’est comme deux ans d’enfer. »

Une femme debout devant la vitrine d'un restaurant dans laquelle on voit des pots de piments et une affiche.

Francine Gallant est gérante du restaurant Le roi du smoked-meat depuis 1972.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Pour sa part, Francine Gallant gère Le roi du smoked-meat depuis 1972 sur la Plaza St-Hubert. Les travaux en cours lui occasionnent des pertes que ne compensera guère le Programme d'aide financière de la Ville.

Mais la gérante du restaurant s'encourage à la perspective que la Plaza y gagnera : « Ça va être beau, ça va amener du monde », dit-elle.

Avec la collaboration de René Saint-Louis

Grand Montréal

Politique municipale