•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

12 000 donateurs de moins pour Centraide Ottawa depuis le début de Phénix

Le logo de l'organisme Centraide, installé sur un mur

Le logo de Centraide

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Encore une fois cette année, les déboires liés au système de paye Phénix sont montrés du doigt par Centraide Ottawa pour expliquer les baisses de dons par les fonctionnaires fédéraux.

Depuis l’introduction de Phénix en 2016, l’anxiété de certains employés de l'État face à la fluctuation du montant qu’ils reçoivent à chacune de leur paye en a poussé certains à retirer la contribution automatique qu’ils versaient à l’organisation.

Nous avons vu dans la première année des problèmes du système de paye une baisse de 8000 donateurs, a indiqué le président et chef de la direction de Centraide Ottawa, Michael Allen. Depuis, nous avons observé près de 12 000 donateurs de moins.

Selon la Campagne de charité en milieu de travail du gouvernement du Canada, les contributions dans la région de la capitale nationale sont passées de 18,9 millions de dollars en 2015 — l’année avant l'arrivée de Phénix — à 16,1 millions de dollars en 2017.

Ce qui a été touché, c'est la mentalité des fonctionnaires, leur appréhension à l'idée de faire quoi que ce soit qui pourrait avoir un impact sur leur paye, a déclaré M. Allen. Les déductions automatiques prélevées à la source ont longtemps été un des principaux moyens de financement de Centraide dans la capitale.

Autre son de cloche en Outaouais

Centraide Outaouais a pour sa part observé une augmentation de 8,5 % des dons reçus en 2018, notamment en raison de l’argent donné pour aider les sinistrés des tornades.

Même si les retenues à la source comptent pour la moitié de ses revenus, la directrice générale de l'organisme, Nathalie Lepage, croit que les problèmes liés au système de paye ne représentent qu’un des facteurs qui contribue à un ralentissement des dons depuis 2011.

Une femme en entrevue à l'extérieur

Nathalie Lepage, directrice générale de Centraide Outaouais

Photo : Radio-Canada

Il y a une tendance lourde depuis plusieurs années dans l’ensemble des Centraides à une diminution du nombre de donateurs. Il y a moins de gens qui donnent, sauf que nos donateurs donnent davantage, mentionne Mme Lepage.

On ne peut pas affirmer hors de tout doute que Phénix est ''la'' source qui explique la diminution du nombre de donateurs.

Nathalie Lepage, Centraide Outaouais

Donner différemment

Plusieurs facteurs peuvent expliquer le nombre de donateurs et les sommes amassées par Centraide, selon Taïeb Hafsi, qui vient de terminer l’écriture d’un livre sur le sort de l’organisme.

Phénix a aggravé une tendance qui existait depuis longtemps, indique le professeur de HEC Montréal et titulaire de la Chaire de management stratégie et société.

M. Hafsi explique que les chapitres de Centraide partout au Canada observent des baisses dans les contributions des donateurs.

Depuis une dizaine d’années, il y a une tendance à savoir où le don va [...] les générations nouvelles sont probablement plus stimulées à regarder à quoi sert le don. Et donc, elles ont tendance à ne pas donner à Centraide, mais à des organismes impliqués directement, mentionne-t-il en entrevue téléphonique avec Radio-Canada.

Il y a un besoin de participation qui vient des millénariaux.

Taïeb Hafsi, professeur et chercheur

Le spécialiste croit toutefois que le mouvement est temporaire et que les travailleurs auront éventuellement tendance à retourner vers Centraide, qui sert d’intermédiaire dans la distribution des dons vers d’autres organismes communautaires.

Avec les informations de CBC et Gilles Taillon

Ottawa-Gatineau

Engagement communautaire