•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Diabète juvénile : un diagnostic tardif peut être dangereux

Le reportage de Normand Grondin.
Normand Grondin

Les symptômes du diabète juvénile sont encore mal connus du grand public, disent les spécialistes, si bien que beaucoup de jeunes se présentent en crise à l'urgence avec un problème médical grave et pourtant évitable : l'acidocétose diabétique.

« Quand votre fille ne reconnaît pas sa mère, c'est là qu'on prend conscience à quel point elle est affectée. » Josée Dufresne a une fille de 16 ans, Sophie. En décembre dernier, Sophie se présente presque inconsciente à l'urgence de l'Hôpital de Montréal pour enfants du CUSM. Puis elle passe les trois jours suivants dans le coma.

« Du début de l'événement, du séjour à l'hôpital, je n'ai aucun souvenir, dit-elle. C'est peut-être mieux comme ça. »

Sophie était atteinte de diabète de type 1, mais elle l'ignorait. Depuis plusieurs semaines, son corps lui envoyait des signaux de détresse qu'elle ne reconnaissait pas. Entre autres, parce qu'elle avait subi une commotion cérébrale quelques mois auparavant, ce qui confondait les médecins qu'elle avait consultés.

Avant qu'on arrive à l'hôpital, avant que je le sache, je n'avais jamais entendu parler de cette maladie-là. Même chose pour ma mère aussi.

Sophie Roy, 16 ans, atteinte du diabète juvénile

Mais ce n'est pas la commotion cérébrale qui l'a conduite sur une civière, mais bien une complication liée au diabète juvénile non traité : l'acidocétose diabétique.

Josée Dufresne et sa fille, Sophie Roy, atteinte de diabète de type 1.Josée Dufresne et sa fille, Sophie Roy, atteinte de diabète de type 1. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Graves conséquences

Vivre avec le diabète de type 1 exige de vérifier régulièrement son taux de sucre dans le sang et de s'injecter de l'insuline plusieurs fois par jour.

« L'insuline est essentielle pour contrôler le sucre dans l'organisme », explique la Dre Marie-Ève Robinson, pédiatre endocrinologue à l'Hôpital de Montréal pour enfants.

« Or, quand l'insuline n'est pas présente, comme c'est le cas avec le diabète de type 1, il y a une accumulation de sucre dans l'organisme qui cause une accumulation de cétones, des composés organiques acides. Donc, ça intoxique l'organisme parce que le sang devient acide », révèle la docteure Robinson.

Résultat : lorsqu'un enfant ignore qu'il souffre du diabète, il va progressivement s'intoxiquer sans le savoir, avec parfois de graves conséquences.

Les premiers symptômes, ça va être mal de coeur, vomissements, perte d'appétit, mal de tête, et quand ça progresse, on peut aller au coma, et dans les cas extrêmes, on peut en mourir.

Docteure Marie-Ève Robinson, pédiatre endocrinologue à l'Hôpital de Montréal pour enfants

Reconnaître les symptômes

Sophie n'est pas la seule dans son cas. Selon une étude publiée dans le journal de l'Association médicale canadienne, CMAJ Open, sur les 4000 jeunes atteints de diabète au Québec, 30 % ont souffert d'acidocétose diabétique. Et ce nombre est en hausse en moyenne de 2 % par année.

La solution : apprendre à reconnaître les principaux symptômes du diabète juvénile. Parmi les signes les plus fréquents, il y a le besoin d'uriner souvent, avoir une soif anormale, perdre du poids, avoir un grand appétit, être en manque d'énergie et, pour les plus jeunes, uriner au lit fréquemment.

« Ce que je réalise avec le recul, c'est que ça serait bien qu'on soit avisé, dit la mère de Sophie, Josée Dufresne. Ce n'est pas un reproche aux professionnels de la santé, mais c'est simplement quelque chose qui n'est pas connu. Peut-être qu'on aurait dû se faire poser la question : avez-vous vérifié pour le diabète, ça pourrait être une cause? »

Et la prévention, ça fonctionne, disent les spécialistes.

« On sait qu'il y a des pays comme la Finlande, par exemple, où l'on retrouve une incidence très élevée de diabète de type 1, où les gens connaissent relativement bien la maladie et où l'incidence d'acidocétose diabétique est beaucoup plus basse que chez nous », rappelle la Dre Marie-Ève Robinson.

Le diabète de type 1 est une maladie relativement fréquente qui frappe majoritairement des jeunes de moins de 17 ans.

Maladie

Santé