•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La meurtrière de la petite Tori Stafford conteste son retour en prison

Une femme habillée en blanc est escortée par des agents de Service correctionnel Canada.

Terri-Lynne McClintic a été condamnée pour le meurtre de la petite Victoria Stafford.

Photo : Radio-Canada / Geoff Robins

Radio-Canada

Un juge albertain donne deux semaines à Terri-Lynn McClintic, condamnée en 2010 pour l'enlèvement et le meurtre prémédité de Victoria Stafford, 8 ans, à Woodstock, en Ontario, pour documenter davantage sa requête de faire annuler son transfert d'un pavillon de ressourcement autochtone à un pénitencier.

Terri-Lynn McClintic a été renvoyée en prison en novembre dernier après que son transfert au pavillon de ressourcement pour femmes autochtones Okima Ohci, situé sur le territoire de la Première Nation Nekaneet, dans le sud de la Saskatchewan, eut fait les manchettes.

Rodney Stafford, le père de la petite victime de 8 ans, avait crié sa colère au sujet du transfert de la meurtrière dans un établissement à sécurité minimale, qualifiant cette décision de passe-droit.

Des manifestations avaient été organisées à Ottawa et à Woodstock, notamment.

Les avocats de Terri-Lynn McClintic ont toutefois déposé à la fin du mois d'avril une requête en cour à Edmonton, en Alberta, où leur cliente a été emprisonnée après son transfert du pavillon autochtone, qualifiant ce transfert de déraisonnable, injuste du point de vue procédural et, donc, illégal.

Le juge albertain John Henderson a statué, lundi, qu'un examen de la décision pourrait avoir lieu, à condition que la demanderesse documente davantage sa requête.

Le magistrat a souligné que la meurtrière était maintenant emprisonnée au pénitencier Grand Valley, à Kitchener, en Ontario.

On ne sait donc pas avec certitude si la cause est de son ressort. Terri-Lynn McClintic n'a plus de lien avec l'Alberta et ses tribunaux, a-t-il affirmé.

Terri-Lynn McClintic et son ami de coeur de l'époque, Michael Rafferty, ont été condamnés en 2010 à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Homicide