•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que font les grands requins blancs dans nos eaux?

Un grand requin blanc chasse un phoque.

Deux grands requins blancs marqués électroniquement par Pêches et Océans Canada ont passé beaucoup de temps, l'été dernier, à chasser le phoque gris près de l'île de Sable.

Photo : Connah

Radio-Canada

Des émetteurs posés sur de grands requins blancs permettent d'en savoir plus sur leurs déplacements au large de la côte est canadienne. Ainsi, on a appris que deux requins blancs ont passé l'été dernier autour de l'île de Sable, à chasser le phoque gris.

Ça nous a permis de poser de nouvelles hypothèses sur ce qui les attire ici, affirme la biologiste Heather Bowlby, du laboratoire de recherche sur les requins du Canada atlantique à Pêches et Océans Canada.

Le ministère des Pêches et des Océans a marqué électroniquement les deux grands requins blancs pour tenter d’identifier avec plus de précision leurs habitats dans les eaux canadiennes. Le prédateur est inscrit à la liste canadienne des espèces en voie de disparition.

Les deux ont eu des comportements similaires, l’été dernier, au large de la Nouvelle-Écosse. Ils ont nagé à 50 mètres et plus de la surface de l’océan et leurs déplacements ont laissé supposer qu’ils tentaient d’intercepter des phoques gris appartenant à l’imposante colonie de l’île de Sable.

Nous avons été étonnés de trouver des preuves de prédation aussi claires, indique Mme Bowlby.

Une carte qui montre les déplacements de requins blancs près des côtes de la Nouvelle-Écosse.

Ces points blancs et rouges montrent les déplacements, au large de la Nouvelle-Écosse, en 2018, des deux grands requins blancs marqués par Pêches et Océans Canada.

Photo : Pêches et Océans Canada

Les engins électroniques posés sur les requins révèlent qu’ils font constamment des allers-retours au large de la Nouvelle-Écosse. Parfois ils s’aventurent plus loin en mer, mais ils reviennent invariablement à certaines zones dont une, au sud de l’île de Sable et l’autre, au sud de la péninsule de la Nouvelle-Écosse.

Des requins « américains » dans les eaux canadiennes aussi

En plus de deux requins marqués par les scientifiques canadiens, plus de 100 autres ont été équipés d’appareils similaires au large de Cape Cod.

Quatre d’entre eux se sont aventurés dans les eaux au large de la Nouvelle-Écosse l’an dernier, selon Mme Bowlby.

Selon la chercheuse, il s’agit sans doute de requins qui n’en étaient pas à leur première visite dans nos eaux, ce qui indique qu’ils ont compris qu’ils pouvaient y trouver une bonne source de nourriture.

Heather Bowlby, Art Gaetan et Nathan Glenn sur un bateau.

La chercheuse Heather Bowlby (à gauche) avec deux pêcheurs lors d'une opération de marquage d'un requin.

Photo : La Presse canadienne / Aly Thomson

Le nombre de grands requins blancs dans nos eaux demeure somme toute petit, selon elle. Il a fallu à Pêches et Océans Canada trois jours pour trouver l’un des requins que ses scientifiques ont marqués, au large de Port Mouton, en Nouvelle-Écosse, l'été dernier, alors qu’un avion de reconnaissance en a repéré 15 en 3 heures au large de Cape Cod.

Port Mouton, un haut lieu des visites de requins blancs

Pêches et Océans Canada a également installé des émetteurs sur les fonds marins le long de la côte néo-écossaise. Selon Heather Bowlby, c’est dans la région de Port Mouton, sur la côte sud de la Nouvelle-Écosse, là où de nombreux phoques viennent près des côtes, que les signalements de requins blancs sont les plus fréquents.

Des pêcheurs de thon en ont aussi signalé dans cette zone.

Le ministère songe à affiner ses recherches en marquent d’autres requins blancs en 2019.

Ses scientifiques ne travaillent toutefois pas avec ceux de l’organisation américaine Ocearch dont le navire de recherche a aussi marqué des requins blancs, l’an dernier, au large de la Nouvelle-Écosse.

Pour poser des émetteurs sur les requins, Ocearch les capture d’abord et les tire sur le pont de son navire, une méthode que n'approuve pas le ministère puisqu'elle cause un trop grand stress à l'animal.

Le ministère opte plutôt pour un marquage rapide avec une longue perche des requins attirés à ses embarcations avec des appâts.

Avec les informations de Paul Withers, CBC

Nouvelle-Écosse

Faune marine