•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Halifax vote en première lecture pour un meilleur contrôle des circulaires

Un publisac lancé sur une pelouse.

De nouvelles règles à Halifax prévoient des amendes pour les distributeurs qui déposent des publisacs devant les maisons où il y a des affiches indiquant que le propriétaire ne souhaite pas les recevoir.

Photo : CBC/Anjuli Patil

Radio-Canada

La Ville d'Halifax a franchi une étape, mardi, vers l'adoption de règles qui limiteront la distribution de circulaires sur son territoire.

Le conseil municipal a adopté en première lecture un arrêté qui obligera les distributeurs à respecter le voeu des résidents qui ne souhaitent pas recevoir un publisac toutes les semaines et qui l'affichent devant leur maison.

Il serait d’autre part interdit de déposer ces sacs au bout de l’entrée d’une maison. Les contrevenants s’exposeraient à une amende qui varierait de 25 $ à 250 $ par infraction.

Les nouvelles règles ne seront en vigueur qu'après leur adoption en deuxième lecture.

[L’arrêté] n’est pas parfait, mais c’est un bon début, a déclaré l’une des partisanes des restrictions, la conseillère Lisa Blackburn, après la réunion.

Un autre conseiller municipal, Matt Whitman, croit que le projet de règlement ne va pas assez loin. Il aurait préféré un programme dit « à option d’adhésion », par lequel les circulaires auraient seulement été distribuées aux résidents qui exprimaient le souhait de les recevoir.

Trois publisacs abandonnés dans l'entrée d'une demeure.

Le conseiller Matt Whitman publie parfois sur son compte Twitter des photos de publisacs qui s'entassent devant sa maison.

Photo : Twitter/Matt Whitman

La Ville a plutôt choisi pour son arrêté l’option dite de retrait, c’est-à-dire qu’il sera présumé que les résidents veulent continuer à recevoir les publisacs à moins qu’ils ne fassent explicitement connaître leur refus.

Il n’y aura pas de changement à moins qu’on adopte le système à option d’adhésion, a affirmé M. Whitman, déçu, après la rencontre. Il a souvent publié dans son compte Twitter des photos de publisacs qui s’entassaient au bout de l’entrée de sa maison.

Le conseiller David Hendsbee, pour sa part, estime que le conseil municipal doit envisager d’autres solutions, comme l’installation de boîtes de circulaires à proximité des boîtes aux lettres communautaires. Ainsi, les gens intéressés par les publisacs pourraient se servir et les autres ne seraient pas importunés chez eux.

Nouvelle-Écosse

Politique municipale