•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Régine Laurent pressentie à la présidence de la commission spéciale sur la protection de la jeunesse

Régine Laurent répond aux questions d'une animatrice dans un studio d'ICI Radio-Canada Première.
Régine Laurent, infirmière à la retraite et ancienne présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé. Photo: Radio-Canada / Mathieu Arsenault
Radio-Canada

Le gouvernement Legault a l'intention de proposer à l'ex-présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) et actuelle analyste à LCN, Régine Laurent, la présidence de la commission spéciale sur la protection de la jeunesse.

La semaine dernière, le gouvernement Legault avait levé le voile sur la manière dont allait s’effectuer la réflexion sur le système de protection des enfants, remis en cause en raison de la mort d’une fillette de 7 ans à Granby.

Il s’agira d’une commission spéciale inspirée du modèle non partisan utilisé pour réformer les soins de fin de vie. Cette commission s'était intitulée « Mourir dans la dignité ».

La porte-parole libérale en matière de services sociaux, Hélène David, avait suggéré de l’intituler « Grandir dans la dignité », mais le gouvernement n'a pas arrêté son choix à ce sujet.

En plus de Mme Laurent qui est pressentie à la présidence, le gouvernement recherche deux vice-présidents. Des élus de tous les partis politiques et des experts feraient partie de cette commission spéciale. Le gouvernement en dévoilera les détails au cours des prochains jours.

Les travaux de la commission, qui seraient en partie publics, pourraient être lancés dès l’automne prochain.

La décision du premier ministre François Legault de lancer une « grande réflexion » sur le système de protection des enfants, annoncée le 2 mai, a été saluée unanimement par les élus de l'Assemblée nationale.

M. Legault estimait que la mort de la fillette, qui a ému tout le Québec, devait notamment se traduire par une étude approfondie du fonctionnement de Loi de la protection de la jeunesse et du rôle des tribunaux dans ces dossiers.

Avec les informations de Mathieu Dion

Politique provinciale

Politique