•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dix ans de La Romaine : les remous d’un chantier monumental

Des pelles mécaniques sur le chantier de La Romaine-4.

Le chantier de la centrale La Romaine-4

Photo : Radio-Canada / Maxime Bertrand

Djavan Habel-Thurton

Le 13 mai 2009 avait lieu la première pelletée de terre de la construction du complexe hydroélectrique de La Romaine. Dix ans plus tard, trois centrales sont achevées et exploitent l'énergie de cette grande rivière de la Côte-Nord. Une dernière devrait être inaugurée en 2021. Un chantier monumental qui a fait des remous dans la région où il se déroule toujours.

C’était le lancement d’un projet gigantesque qui allait se déployer sur plusieurs années, se souvient Jean Charest, premier ministre de l’époque, qui avait lancé officiellement le chantier.

Aujourd’hui, trois des quatre centrales prévues à l’époque sont déjà en service, et la dernière, Romaine-4, doit entrer en fonction en 2021 avec un an de retard.

Une carte du complexe hydroélectrique de La Romaine.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une carte du complexe hydroélectrique de La Romaine.

Photo : Radio-Canada

Après l’inauguration de la quatrième centrale, ce seront 8 térawattheures d’énergie qui y seront produits annuellement, assez pour alimenter 470 000 maisons.

Grandes étapes du chantier de la rivière Romaine

  • 2004 : dépôt du projet et premières études préliminaires
  • 2006 : Québec demande de nouveaux projets totalisant 4500 MW
  • Mars 2009 : feu vert du BAPE
  • Mai 2009 : Jean Charest donne le coup d’envoi des travaux
  • Décembre 2014 : mise en service de la centrale Romaine-2
  • Novembre 2015 : mise en service de la centrale Romaine-1
  • Avril 2017 : ralentissement des travaux à Romaine-4 (problème de composition du sol)
  • Juillet 2017 : reprise intensive des travaux à Romaine-4
  • Octobre 2017 : inauguration de Romaine-3
  • 2021 : fin prévue des travaux à Romaine-4


C’est un projet qui allait changer, nous l’espérions à l’époque, la Côte-Nord. Créer beaucoup d’emplois, de prospérité. Qui allait avoir des retombées dans les communautés autochtones également. C’est une journée qui était importante dans la mesure où on anticipait des effets et des retombées qui allaient durer dans le temps, raconte Jean Charest.

Jean Charest dans une salle du cabinet d'avocats McCarthy Tetrault

Jean Charest considère le lancement du projet de La Romaine comme un moment marquant de sa vie politique.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Proulx

Moteur économique

Hydro-Québec estime à 3,5 milliards de dollars les retombées économiques du projet sur le Québec, dont 1,3 milliard pour la région. Se trouvant au cœur de la Minganie, une région d’un peu plus de 5000 habitants, le chantier représente un véritable moteur économique.

Le projet a permis à Havre-Saint-Pierre, principale ville de la région, d'éviter de trop souffrir du ralentissement de la mine Tio, le plus important employeur de la ville.

Si Havre-Saint-Pierre n’avait pas eu la construction de La Romaine avec les dernières années difficiles qu’on a passées au niveau de l’entreprise minière, ça aurait été très dur pour la région, dit Pierre Cormier, le maire de la municipalité.

Pierre Cormier, nouveau maire de Havre-Saint-Pierre.

Pierre Cormier, maire de Havre-Saint-Pierre.

Photo : Radio-Canada / ICI Radio-Canada / Sébastien Daudelin

Ce genre de projet là garantit des emplois, ce qui est venu combler le déficit qui s’est passé au niveau de la minière, précise-t-il.

C’est sans compter les redevances qu’Hydro-Québec verse aux municipalités de la Minganie pour chaque centrale en fonctionnement. Elle a notamment permis la construction du complexe aquatique de Havre-Saint-Pierre.

Avant que La Romaine arrive, plusieurs municipalités avaient indiqué clairement être sur une pente financière très négative, indique Luc Noël, le préfet de la MRC de Minganie.

L’arrivée de Romaine avec les dividendes, les redevances qui ont été payées aux municipalités ont fait en sorte de leur donner un deuxième souffle.

Luc Noël, préfet de la MRC de Minganie

Des impacts néfastes

Tous les changements ne sont cependant pas positifs, selon les élus de la région.

L’un des problèmes les plus souvent soulevés est celui des entreprises locales qui ont eu de la difficulté à s’adapter à la manière de faire d’Hydro-Québec, mais surtout à l’échelle colossale des travaux à laquelle ils n’étaient pas habitués.

Certains entrepreneurs, qui espéraient une manne, y ont plutôt trouvé de grandes difficultés financières.

Hydro-Québec se défend cependant en indiquant avoir redoublé d’efforts pour rationaliser les attentes des entreprises partenaires et les aider à s’adapter à un chantier d’une telle ampleur.

Bien avant le début des travaux en 2009, on avait des tables spéciales avec les entrepreneurs pour leur expliquer comment ça fonctionnerait dans les grands projets, explique Sandra Chiasson, conseillère relation avec le milieu à Hydro-Québec, qui travaille sur le projet de La Romaine depuis 2004.

Par contre les décisions d’affaires prises par la suite appartiennent aux entrepreneurs, dit-elle.

Pour Jean Charest, ce type de conséquence est presque impossible à éviter lors d’immenses chantiers qui viennent altérer l’économie d’une région.

Lorsqu’on opère un changement sur une période aussi courte de temps, il y aura inévitablement des bouleversements qui ne seront pas toujours positifs. Ça inclut des gens qui, dans les milieux d’affaires, feront un mauvais calcul de leur croissance ou encore, sur le plan social, le fait qu’un très grand nombre de personnes arrive très rapidement sur un territoire donné, explique l’ancien premier ministre du Québec.

Par ailleurs, des Innus des communautés de Nutashkuan et d’Ekuanitshit, sur le territoire ancestral desquels se trouve le projet hydro-électrique, ont manifesté leur mécontentement à plusieurs reprises, notamment en bloquant la route d’accès au chantier. La question épineuse de la gestion du bois coupé sur le territoire à inonder était au cœur de leurs revendications.

Deux personnes installent une tente.

Des manifestants de Nutashkuan installent le campement à côté de l'entrée de la route qui mène au complexe hydroélectrique de la Romaine.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Avec le représentant syndical Bernard « Rambo » Gauthier, qui a mené le dossier pour être entendu à l'échelle provinciale, des syndicats de la région ont également manifesté leur mécontentement face à la proportion d’employés locaux sur les chantiers, qu'ils jugeaient trop basse. Après le blocage d'une route, certains avaient même été accusés avant d'être acquittés.

Sandra Chiasson d’Hydro-Québec croit cependant qu’il est primordial de souligner les efforts déployés par son organisation pour répondre aux besoins de toutes les parties prenantes de la région.

Sandra Chiasson debout dans un couloir

Sandra Chiasson, conseillère relation avec le milieu à Hydro-Québec

Photo : Radio-Canada

Ce n’est pas souvent mis de l’avant, mais il y a beaucoup, beaucoup de travail qui a été fait avec le milieu d’accueil, explique Mme Chiasson, après avoir énuméré les nombreuses initiatives mises en place par Hydro-Québec pour comprendre les préoccupations des Minganois et des Innus de la région.

Quatre tragédies et un an de retard

Impossible de parler des chantiers de La Romaine sans mentionner les quatre travailleurs qui y ont perdu la vie.

Il serait difficile de qualifier de succès un projet sans se rappeler qu’on a quatre travailleurs qui ont perdu la vie, reconnaît Sandra Chiasson d’Hydro-Québec.

Quelques mois plus tard, Hydro-Québec a mis un frein à la construction de Romaine-4 en raison de la découverte de roc particulièrement friable sur le site du chantier. La suspension des travaux a occasionné un retard d’un an pour l’ouverture de la centrale, maintenant prévue pour 2021.

Le dernier des grands ouvrages?

Alors que les grandes rivières qui coulent encore naturellement se font plus rares et qu’Hydro-Québec est en surplus d’énergie, certains se demandent si le complexe de La Romaine marque la fin de l’ère des grands ouvrages hydro-électriques au Québec.

En 2016, alors dans l'opposition, François Legault avait exprimé sa volonté de réaliser une Baie James du XXIe siècle pour faire du Québec un grand exportateur d'énergie hydro-électrique.

Une ambition tempérée par Hydro-Québec, pour qui un nouveau grand projet ne serait justifié que par un écoulement des surplus actuels.

Prévoir le futur dans le domaine de l'énergie est cependant très difficile, comme l'explique Jean Charest.

Un projet de barrage hydro-électrique, ça se fait sur 20 ans. Entre le moment où on repère un territoire, on fait les évaluations environnementales, on consulte la population locale, le lancement de la construction; la construction, c’est minimum 20 ans. Et entre-temps, le monde et la planète vont se transformer, explique l’ancien premier ministre.

L’ancien politicien verrait d’un bon œil l’annonce de nouvelles grandes centrales par le gouvernement Legault.

On ne peut pas attendre d’avoir soif pour construire le puits

Jean Charest, ancien premier ministre du Québec

Alors M. Legault, si c’est son intention et dans la mesure où le marché y est, je suis favorable à ce qu’on fasse le projet dans des conditions qui sont environnementalement et socialement acceptables, espère-t-il.

Côte-Nord

Énergies renouvelables