•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, quitte la vie politique

Le reportage de Valerie-Micaela Bain
Jérôme Labbé

Évoquant ses convictions écologistes et son incapacité à influencer les décisions prises à l'Hôtel de Ville, le maire de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, claque la porte de l'administration Plante. Sa démission entraînera le déclenchement d'une élection partielle qui se tiendra d'ici cet automne.

M. Ferrandez, qui était aussi responsable des grands parcs et des espaces verts au comité exécutif, a expliqué sa décision dans un long texte publié sur Facebook (Nouvelle fenêtre) au moment où se terminait la réunion du conseil municipal, mardi après-midi.

« Depuis des mois, je songe à partir et mille raisons me donnent envie de rester – en commençant par la véritable passion que j’ai pour ce travail et mon affection sincère envers mes collègues », écrit-il. « Une seule me donne envie de partir, mais elle revient sans cesse avec plus de force : une impression d’imposture. »

J’ai l’impression de berner les citoyens en leur faisant croire que nous prenons collectivement tous les moyens qui s’imposent pour ralentir le rythme de destruction de notre planète.

Luc Ferrandez, maire démissionnaire du Plateau-Mont-Royal

« Parce que mes convictions écologistes et ma capacité d’agir sont bien connues, ma présence au sein de cette administration contribue à rassurer bien des gens sur la valeur du travail que nous effectuons à ce chapitre », poursuit-il. « En démissionnant, je souhaite faire tomber cette image et forcer le groupe à regagner la confiance de l’électorat que je représente. »

« Après seulement deux ans, le bilan environnemental de Projet Montréal est bien supérieur à celui de l’administration qui l’a précédé », convient M. Ferrandez. L’interdiction du mazout à l’horizon 2030 et celle du plastique à usage unique, notamment, « témoignent d’une préoccupation constante et d’une certaine capacité d’action », ajoute-t-il.

« Mais ces gestes resteront anecdotiques s’ils ne s’inscrivent pas dans un plan concerté de réorientation et de ralentissement de la consommation et du développement du territoire », nuance celui qui régnait sur le Plateau-Mont-Royal depuis 2009.

« Je pars, parce que je ne suis pas en accord avec une proportion trop grande des décisions du comité exécutif », a résumé Luc Ferrandez à l'émission Le 15-18, sur ICI Première. « Je trouve qu'on prend trop à la légère la nécessaire transformation de notre ville pour faire face aux changements climatiques et à la destruction de notre environnement. »

Plante épargnée

Se disant « incapable d'influencer la mairesse », M. Ferrandez se garde toutefois d'écorcher celle-ci, se contentant d'écrire sur Facebook que les deux élus ont « une vision différente des enjeux environnementaux ». Il reconnaît même que « Valérie Plante est plus représentative de la population [qu'il ne l'a] jamais été ».

« Elle a l’immense responsabilité de faire réélire un parti progressiste dans un paysage politique où il en reste de moins en moins, et je comprends la difficulté de faire des choix dans ce contexte », écrit-il, ajoutant qu'il « ne souhaite pas affaiblir son leadership ou travailler pour une autre équipe ».

Luc Ferrandez explique son départ à Patrice Roy.

« C’est terminé pour l’instant », a confirmé Luc Ferrandez au Téléjournal Grand Montréal 18 h, mardi. « Si j’avais voulu, je serais resté indépendant, [mais] en faisant ça, je fragilisais Projet Montréal », a-t-il expliqué. « Je ne veux pas que Projet Montréal soit divisé par ma présence en tant qu’indépendant et je continue de les soutenir. »

La mairesse de Montréal a réagi par voie de communiqué, peu après 17 h 30, en remerciant le maire démissionnaire pour ses réalisations dans l'arrondissement, dans la ville-centre et à la direction de Projet Montréal, qu'il a dirigé par intérim après le départ de Richard Bergeron.

« Il y a 10 ans, ce que Luc proposait comme vision était audacieux, voire impensable », écrit-elle. « Aujourd’hui, force est d’admettre que cette vision est devenue une référence dans l’appareil municipal. »

Quant à l'opposition officielle, son chef, Lionel Perez, a déclaré qu'il s'agissait d'une « perte importante » pour Projet Montréal, soulignant au passage qu'il avait toujours entretenu de bons rapports avec M. Ferrandez, qu'il a présenté comme un homme de convictions.

Quel avenir pour Ferrandez?

Dans son texte, Luc Ferrandez aligne une série de propositions qui constitueraient, selon lui, un « vrai programme environnemental », qu'il qualifie même un peu plus loin d'« effort de guerre » : taxer l'entrée du centre-ville, agrandir les parcs, acquérir et démolir les maisons en terrains inondables, etc.

Mais il faudrait surtout, d'après lui, « concentrer nos investissements sur des objectifs environnementaux », quitte à abandonner certains projets comme la construction d'un deuxième stade de baseball ou celle d'un « Royalmount en carton ».

Ce combat, M. Ferrandez ne le mènera pas à Québec ni à Ottawa, prévient-il dans une série de « questions-réponses à l'usage des journalistes » à la fin de son texte.

« Si je juge Projet Montréal incapable de formuler un programme de préservation de l’environnement et du climat à la hauteur de la tâche, mon jugement est encore plus sévère avec les partis fédéraux et provinciaux », mentionne-t-il, précisant qu'il devra de toute façon se trouver un nouvel emploi rémunéré, puisqu'il ne pourra pas bénéficier d'une allocation de transition, la première moitié de son mandat n'étant pas achevée.

Quand on quitte entre deux mandats, on n'a rien... même pas de chômage, d’ailleurs!

Luc Ferrandez, en entrevue avec Patrice Roy

Sa démission entrera officiellement en vigueur lorsqu'elle sera déposée au conseil municipal du 17 juin, indique le maire démissionnaire. L'administration Plante aura alors 120 jours pour tenir une élection complémentaire, soit d'ici la mi-octobre.

Avec la langue qu'on lui connaît, Luc Ferrandez affirme par ailleurs que son départ n'a rien d'une « cabale » – une manoeuvre secrète, concertée contre Valérie Plante – et qu'aucun autre élu n'était au courant de sa démarche, mis à part Marie Plourde, qui aurait « tout fait pour l'en dissuader ».

« Il reste que de nombreux éluEs sont de plus en plus déçuEs du rythme poussif de nos engagements environnementaux », souligne-t-il, sans nommer personne.

Luc Ferrandez en quatre dates :

  • 1er novembre 2009 : est élu à la mairie de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal
  • 27 octobre 2014 : devient chef par intérim de Projet Montréal
  • 4 décembre 2016 : cède sa place à Valérie Plante à la tête du parti
  • 14 mai 2019 : annonce qu'il quitte la vie politique

Grand Montréal

Politique municipale