•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’environnement, le grand oublié de la campagne électorale à T.-N.-L.

Des jeunes qui manifestent avec des pancartes.
Des dizaines de jeunes ont manifesté dans les rues de Saint-Jean à Terre-Neuve pour sensibiliser les décideurs politiques aux enjeux environnementaux. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Alors que des jeunes manifestaient pour une seconde fois pour l'environnement et les changements climatiques à Saint-Jean de Terre-Neuve vendredi dernier, les principaux partis politiques sont demeurés discrets sur leurs intentions à ce sujet.

Des tempêtes de plus en plus fortes, des températures plus élevées dans les prochaines décennies et des inondations plus fréquentes : les impacts des changements climatiques se font déjà sentir à Terre-Neuve-et-Labrador.

Ces enjeux représentent un défi particulier pour une province isolée. Pourtant, la question des changements climatiques a été très peu soulignée durant la campagne électorale.

En mars dernier, les libéraux ont dévoilé un plan de 33 actions pour le climat dans lequel ils promettent notamment de bannir les sacs de plastique et d’investir dans les véhicules électriques. Ils ne comptent toutefois pas toucher à l’industrie pétrolière et gazière, qui doit doubler sa production d’ici 2030.

Quant aux progressistes-conservateurs, ils s’opposent à la taxe carbone endossée par les libéraux. Ils remettent aussi en question la création d'aires marines protégées et misent sur l'industrie pétrolière pour faire croître l'économie.

La planète va continuer d'avoir besoin de pétrole, dit Ches Crosbie, chef du Parti progressiste-conservateur. Notre pétrole est éthique parce que son empreinte carbone est moins élevée qu'ailleurs.

Ches Crosbie.Ches Crosbie, chef du Parti progressiste-conservateur de Terre-Neuve-et-Labrador. Photo : Radio-Canada / CBC / Terry Roberts

La province pourrait toutefois davantage miser sur les énergies renouvelables, selon l’environnementaliste Delia Warren, directrice de l’organisme Iron and Earth East.

Les systèmes changent et je pense que ce n’est pas une super bonne idée de baser toute notre économie encore dans le futur sur une industrie qui va vraiment changer beaucoup dans les prochaines années, lance-t-elle.

D’après un reportage de Marie-Isabelle Rochon

Terre-Neuve-et-Labrador

Changements climatiques