•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vancouver démolit une école primaire centenaire à « haut risque sismique »

Façade d'une école primaire en briques.

L'École Bayview, à Vancouver, sera reconstruite à l'automne, parce qu'elle représente un « haut risque » d'effondrement en cas de séisme.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Les élèves et les enseignants de l'école primaire Bayview, située dans le quartier de Kitsilano, à Vancouver, font leurs adieux à l'établissement scolaire centenaire, qu'ils ne retrouveront pas à la rentrée des classes. Construit il y a 104 ans, le bâtiment de briques rouges sera démoli cet automne, parce qu'il représente un risque élevé d'effondrement en cas de tremblement de terre.

Selon le conseil scolaire de Vancouver, près de 40 écoles figurent sur la liste des établissements à « haut risque » d’effondrement total en cas de secousse sismique.

Si quelque chose devait se produire, quel que soit l'événement sismique, notre communauté scolaire ne serait pas en sécurité.

Brigitte Biorn, directrice de l'École Bayview

Malgré son attachement à l’école, la directrice Birgitte Biorn reconnaît le danger. Elle décrit Bayview comme un magnifique bâtiment extrêmement dangereux pour les enfants.

Des projets de rénovation sur l'ensemble du territoire

Le Programme d'atténuation sismique du ministère de l'Éducation finance des projets de construction et de rénovation sur l’ensemble du territoire du Grand Vancouver, afin de rendre ces écoles plus sécuritaires en cas de tremblement de terre.

Or, l'âge et l’architecture unique de l'École Bayview exigent qu’elle soit complètement reconstruite. Le gouvernement de la Colombie-Britannique a prévu 24 millions de dollars pour les travaux, qui devraient être terminés d’ici 2021.

À la rentrée scolaire, les élèves devront s'installer dans des classes temporaires à l'École élémentaire Queen Elizabeth, située 2 kilomètres plus loin, tandis qu'un nouvel établissement sera construit sur l'ancien site.

Étudier le cas du Népal pour mieux comprendre le danger

La décision de démolir l’école a été difficile à comprendre par certains enfants et parents, explique Sara Shneiderman, qui a une fille en 3e année.

Pour aider les élèves à comprendre ce bouleversement, ils assisteront au cours des prochaines semaines à une présentation sur le tremblement de terre qui a eu lieu au Népal, en 2015, et qui avait fait des milliers de morts et de blessés.

Des élèves s'amusent avec un globe terrestre dans une salle de classe.

Des élèves de l'École Bayview cherchent le Népal sur un globe.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

On cherche ainsi à leur montrer les raisons pour lesquelles l’école qu’ils chérissent doit être démantelée et, surtout, le danger auquel ils seraient exposés s'ils restaient.

Peu importe le nombre d'exercices qu'on fait, on ne peut pas vraiment dire à quel point un séisme est dévastateur, dit Kai Haag, un élève de 11 ans,

Avec les informations de Deborah Goble

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Prévention et sécurité