•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Rapides et dangereux » : des courses de voitures dénoncées à Beauport

Un tuyau d'échappement d'une voiture.
Un tuyau d'échappement d'une voiture Photo: Radio-Canada / Eva Uguen-Csenge
Marie Maude Pontbriand

Des résidents de Beauport dénoncent un problème de courses de voitures et de vitesse dans le secteur de la rue Berrouard.

Julie, qui préfère taire son nom de famille, habite la rue Berrouard. La mère de trois enfants est inquiète.

« Il y a des jeunes qui se promènent dans les rues et font des courses comme dans le film Rapides et dangereux. »

Elle a d'ailleurs interdit à ses enfants de faire du vélo dans la rue en fin de journée. Elle craint qu'ils ne se fassent happer.

Ce qui est inquiétant, c'est qu'il y en a un petit peu toutes les heures. On a vu des courses vers 16 h 30 et 19 h 30, des heures où les enfants sont encore dans les rues.

Julie, résidente de la rue Berrouard

Vingtaine de plaintes

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a reçu une vingtaine de plaintes liées au problème, des plaintes qui ont d'abord été déposées au service 311 de la Ville de Québec.

« Dans un premier temps, on parle de plaintes que les véhicules circulent rapidement de jour, et l'autre partie, ça se passe de soir, ou encore de nuit où on parle de vitesse, mais aussi de crissements de pneus et de bruit », rapporte la porte-parole Sandra Dion.

Le problème avait déjà été mentionné l'an dernier au 311, et la police de Québec avait augmenté la surveillance policière dans le secteur.

C'est une situation qui nous préoccupe.

Sandra Dion, Service de police de la Ville de Québec

Sandra Dion affirme qu'un plan d'intervention est en préparation. « Dans un premier temps, on va faire une sensibilisation auprès des gens dans le secteur, et si ce n’est pas assez, on va augmenter la surveillance et on va y aller avec une intervention policière. »

Jean-François Gosselin appuie les citoyens

Le conseiller municipal du district de Sainte-Thérèse-de-Lisieux, Jean-François Gosselin, connaît bien la situation. Ses commettants ont été nombreux à le contacter.

« C'est un problème qui est récurrent, qui existe depuis longtemps. Moi je m'en faisais parler lorsque je faisais du porte-à-porte dans le secteur », dit celui qui est aussi chef de l'opposition à l'Hôtel de Ville.

Depuis son élection, il affirme avoir fait plusieurs demandes à la Ville pour qu'elle règle la situation. « J'ai demandé d'ajouter des dos d'âne, d'avoir plus de présence policière, de jouer avec la géométrie des rues, mais ça m'est constamment refusé. »

Dans un courriel, le conseiller en communication David O'Brien affirme que la Ville prend au sérieux le problème de la vitesse et de courses de rue, et travaille en collaboration avec le SPVQ pour trouver une solution.

« Concernant les dos d'âne, ce type d'équipement n'est plus installé par la Ville depuis plusieurs années en raison de multiples désavantages », écrit-il. Parmi les désavantages, il cite notamment le bruit, les conflits avec les équipements de déneigement et le ralentissement des véhicules d'urgence.

Une quinzaine de résidents ont participé mardi soir à la séance du conseil d'arrondissement pour discuter de pistes de solutions. Toutefois, Stéphanie Julien, une résidente du secteur, n'a pas l'impression qu'on a entendu leurs inquiétudes.

« Je ne sais pas comment ça fonctionne à la Ville, mais on n’a pas l’impression que la Ville travaille sur le dossier en ce moment », déplore-t-elle.

Québec

Justice et faits divers