•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les résidents de la Première Nation de Kashechewan ne retourneront pas chez eux avant lundi

Une rangée de maisons jaunes et bleues, le long d'une route enneigée.
Une inspection a révélé des problèmes avec des pompes qui doivent être réglés avant de permettre à la communauté de revenir. Photo: Radio-Canada / Olivia Stefanovich
Colin Côté-Paulette

Contrairement à ce qui avait été avancé plus tôt mardi, les membres de cette communauté située sur la côte ouest de la baie James ne pourront pas amorcer leur retour à la maison cette semaine. Les quelque 2500 résidents ont été évacués en raison du niveau élevé de la rivière Albany le 15 avril dernier.

Bien que le niveau des rivières Albany et Moose ne menace plus la communauté d’inondation, une inspection a révélé aujourd’hui que le site n’était pas encore prêt à accueillir ses résidents.

Il n’y a plus de menace causée par les glaces de ces deux rivières-là, indiquait mardi matin Guylain Baril, le directeur général de la Ville de Kapuskasing, l’une des communautés chargées d’accueillir les résidents de Kashechewan.

M. Baril explique qu’il y a cependant un problème avec le système d’eau qui retarde le rapatriement.

Ce qu’on nous dit, c’est que ça ne sera probablement pas vendredi puis que ça pourrait être remis à lundi prochain.

Guylain Baril, directeur général de la Ville de Kapuskasing

On demeure en attente, on n’est pas pressé de les voir partir, on peut les accommoder pour plus longtemps, affirme le directeur général.

Vue aérienne de la communauté de Fort Albany et de l’embâcle.Selon le ministère de Richesses naturelles et des Forêts, l’embâcle qui s’est formé près de la communauté de Fort Albany continue de diminuer de taille. Photo : MRNF

Opération majeure

Environ 45 vols seront nécessaires pour rapatrier les 2500 résidents.

Normalement, ils vont assigner quatre ou cinq avions peut-être au déplacement, et ces avions-là vont voler toute la journée, explique M. Baril.

À Kapuskasing, les évacués résident dans sept hôtels et sont transportés par navette trois fois par jour au centre civique pour les repas depuis presque un mois.

Photo aérienne d’un embâcle sur la rivière Albany.L’embâcle près de Fort Albany est stationnaire, car le niveau des eaux est insuffisant pour le pousser, selon les autorités. En temps voulu, il y aura un canal d’eau libre progressant vers la baie James. Photo : MRNF

Depuis des années, le gouvernement fédéral doit procéder à l’évacuation annuelle des gens de Kashechewan à cause d’inondations.

La Première Nation de Kashechewan a d’ailleurs signé une nouvelle entente avec l’Ontario et le gouvernement fédéral plus tôt ce mois-ci pour déplacer la communauté.

Les habitants se réinstalleront sur des terres plus élevées à 30 kilomètres au sud-ouest de leur emplacement actuel.

Autochtones

Société