•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

CHSLD : « Nous voulons que chaque personne se sente comme à la maison », dit la ministre Blais

Une femme debout fait manger un homme âgé assis dans une chaise roulante devant un plateau de nourriture.

Une bénévole fait manger un résident d'un CHSLD

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Au terme d'une série de visites dans les CHSLD du Québec, la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, lance une série de travaux qui doivent mener à l'élaboration d'une politique qui encadrera l'hébergement des bénéficiaires et les soins de longue durée au Québec.

Aux dires de la ministre, il est temps que le Québec offre « une approche novatrice » et mieux adaptée à la réalité et aux besoins des diverses clientèles qui sont hébergées par l’État dans les Centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD).

Les besoins des aînés en perte d’autonomie, ceux qui présentent des troubles cognitifs majeurs, les personnes qui vivent avec une déficience intellectuelle, un trouble du spectre de l’autisme, des dépendances ou des problèmes de santé mentale seront tous scrutés à la loupe, promet Marguerite Blais.

La ministre confiera à un comité d’experts le soin d’élaborer sa future politique et le plan d’action qui l’accompagnera.

Les experts seront épaulés dans leurs travaux par un comité consultatif chargé de guider le gouvernement dans l’élaboration de sa politique, dont les travaux commenceront dès cet été.

Deux préposées aux bénéficiaires discutent avec une dame âgée au CHSLD.

Deux préposées aux bénéficiaires discutent avec une dame âgée au CHSLD.

Photo : Radio-Canada

Des pratiques mieux adaptées à chaque type de clientlèle

Cette politique, une « première historique au Québec », sera adaptée à la diversité de la clientèle et basée sur les meilleures pratiques dans le domaine, a promis la ministre.

Les orientations seront basées sur une vision novatrice centrée sur la qualité de vie, sur la reconnaissance et la personnalisation des besoins, ainsi que sur la participation sociale de tous les résidents.

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais

Une démarche à laquelle participera le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, qui était aux côtés de Mme Blais lors de l’annonce qui avait lieu mardi matin, à Québec.

« À l’heure où on se parle, 10 % de la clientèle des CHSLD est composée d'adultes de moins de 65 ans. Ces personnes vivent généralement avec une déficience physique, intellectuelle, ou un problème de santé mentale », précise le ministre Carmant. Elles n'ont pas les mêmes besoins que les aînés en perte d'autonomie. Ce que nous proposons est un changement majeur dans la façon de traiter ces clientèles. »

Marguerite Blais s'adresse aux journalistes.

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, lance annonce l'élaboration d'une politique qui encadrera l'hébergement des bénéficiaires et les soins de longue durée au Québec.

Photo : Radio-Canada

Nous voulons que chaque personne puisse se sentir comme à la maison dans son milieu de vie et recevoir des soins et des services personnalisés dans un environnement accueillant, sécurisant et qui lui ressemble davantage.

Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants

Le personnel ne sera pas oublié

Or, les travaux du gouvernement ne graviteront pas uniquement autour du bien-être des bénéficiaires : celui des personnes qui travaillent dans les CHSLD sera aussi pris en compte par le gouvernement dans l’élaboration de sa nouvelle politique, assure la ministre Marguerite Blais.

« Quand je leur demande : « qu’est-ce qu’on peut faire pour vous? » ces personnes me répondent unanimement "plus de personnel" », a relaté la ministre qui a parcouru les CHSLD de la province ces derniers mois pour constater la situation qui y prévaut.

Une demande qu’elle assure avoir entendue et sur laquelle elle compte travailler.

Si tout se déroule comme prévu, le gouvernement Legault devrait être en mesure de déposer sa politique d'hébergement et de soins de longue durée au cours de l'année 2020. Le dépôt du plan d’action qui accompagnera cette politique est quant à lui attendu pour le début de l’hiver 2021.

Politique provinciale

Politique