•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusion des bureaux de santé publique : une entité unique pourrait couvrir tout le Sud-Ouest de l'Ontario

Enseigne sur la façade d'un bâtiment.

Le Bureau de santé publique de Windsor-Essex

Photo : CBC/Sanjay Maru

Radio-Canada

La province étudie la possibilité de fusionner les bureaux de santé publique du Sud-Ouest de l'Ontario au profit d'une seule agence régionale, selon les informations du Bureau de santé publique de Middlesex-London.

Dans son budget 2019, la province a annoncé son intention de réduire le nombre de bureaux de santé publique locaux de 35 à 10.

Dans le Sud-Ouest, cette mesure concernerait les cinq bureaux de santé qui couvrent actuellement les territoires de Windsor-Essex, Sarnia-Lambton, Chatham-Kent, London-Middlesex, St. Thomas-Elgin et le comté d'Oxford.

Au total, la région sert une population d'environ 1,3 million de personnes, indique Chris Mackie, le médecin hygiéniste du Bureau de santé publique de Middlesex-London.

La nouvelle entité aurait un plus grand rayon d'action et une plus grande capacité de travail, estime le Dr Mackie, qui explique par ailleurs que les bureaux de santé existants seraient dissouts et que le personnel serait incorporé à la nouvelle agence.

Pour sa part, la PDG du Bureau de santé publique de Windsor-Essex affirme que cette fusion peut avoir certains bénéfices, mais rappelle que chaque communauté a des besoins uniques.

Theresa Marentette souligne notamment que Windsor-Essex est aux prises avec des enjeux qui concernent les travailleurs migrants, la dépendance aux opioïdes et la transmission de virus liés à l'eau, ce qui n'est pas nécessairement le cas des autres bureaux de la région.

Un homme parle aux journalistes debout à un lutrin.

Le directeur du Bureau de la santé publique de Middlesex-London, Chris Mackie, lors d'un point de presse.

Photo : Radio-Canada / Travis Dolynny/CBC News

Des consultations à venir

Dans un courriel, une porte-parole du ministère de la Santé indique qu'il y aura bel et bien des fusions, mais précise qu'aucun détail ne peut être confirmé pour l'instant.

Les limites précises des nouvelles unités régionales de santé seront finalisées en consultation avec les municipalités par l'entremise de groupes de travail techniques, que nous prévoyons lancer sous peu, indique le message de Hayley Chazan, attachée de presse de la ministre Christine Elliott.

Grâce à ces groupes de travail techniques, nous travaillerons également avec nos partenaires municipaux pour concevoir des modèles de gouvernance et de prestation qui protègent et préservent la voix de toutes les municipalités, peut-on aussi lire.

Aucun effet immédiat

En attendant d'en savoir plus, le Dr Mackie dit que le travail se poursuit normalement dans les bureaux locaux.

Maintenir notre capacité à faire notre travail et le moral et la productivité de notre personnel [est] une priorité vraiment importante en ce moment, souligne-t-il.

Il explique par ailleurs qu'à London, le bureau a pris des mesures pour s'assurer d'avoir une marge de manœuvre dans son budget et qu'il fait tout son possible pour éviter les mises à pied.

Windsor

Santé