•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de travailleurs au Cap-Breton : des étudiants étrangers à la rescousse

Les trois jeunes femmes devant des étalages de pain frais

Les étudiantes de l'Université du Cap-Breton Tongrui Weng, Krishna Surendra Babu et Lalithambika Devi ont décroché un emploi d'été à la Boulangerie Aucoin, à Chéticamp.

Photo : CBC/Holly Conners

Radio-Canada

Des entreprises qui manquent de personnel à Chéticamp, Pleasant Bay et Inverness, entre autres, embauchent des étudiants provenant de l'Inde, de la Chine et d'autres pays.

C’est le cas de la Boulangerie Aucoin, à Chéticamp. Sa directrice Jenny Aucoin explique qu’aucun travailleur local n’était disponible. La population du village est vieillissante et la majorité des entreprises ont de la difficulté à recruter des employés, dit-elle.

Un proche de Mme Aucoin, propriétaire du restaurant Rusty Anchor à Pleasant Bay, a participé à une foire d’emplois à l’Université du Cap-Breton, en mars. Une vingtaine d’entreprises y ont aussi envoyé leurs représentants.

Le restaurant Rusty Anchor a embauché six étudiants internationaux et remis les curriculum vitae de plusieurs autres à Mme Aucoin, qui en a embauché trois.

L’étudiante chinoise Tongrui Weng, embauchée à la Boulangerie Aucoin, dit qu’elle se plaît à Chéticamp. Le village est différent de Sydney, le paysage est magnifique et elle acquiert une expérience différente, explique-t-elle.

Le Centre pour l’immigration de l’île du Cap-Breton a organisé des visites des collectivités rurales de la région auxquelles une centaine d’étudiants étrangers ont participé au cours des six derniers mois. Le but était de vérifier si leurs compétences correspondaient aux besoins des employeurs.

Le centre de villégiature Cabot Links, à Inverness, a embauché 17 étudiants étrangers pour des emplois d’été. Huit d’entre eux fréquentent l’Université du Cap-Breton, les autres fréquentent l’Université Saint-François-Xavier à Antigonish, l’Université Dalhousie à Halifax ou le Collège Holland à Charlottetown.

Les deux jeunes côte à côte sur un terrain de golf

Hung Nguyen et Germia Rigby étudient l’hôtellerie à l’Université du Cap-Breton et travaillent cet été au centre de villégiature Cabot Links à Inverness.

Photo : CBC/Holly Conners

L’un d’eux, l’étudiant vietnamien Hung Nguyen, affirme qu’il a trouvé un emploi parfait pour ses études dans le domaine hôtelier. Il gagne une expérience pertinente en matière d’accueil de la clientèle et de service dans un restaurant gastronomique, explique-t-il.

L’étudiante Germia Rigby, des îles Turks et Caicos, travaille pour Cabot Links pour la deuxième fois cet été. Elle dit qu’elle commence à se sentir comme chez elle dans la petite collectivité d’Inverness.

Espoir de croissance démographique

Le Centre pour l’immigration espère que certains de ces étudiants décideront de s’établir au Cap-Breton à long terme après leurs études. C’est le principal objectif de l’organisme, souligne le coordonnateur Deeno Tuggar.

Les trois étudiantes embauchées à la Boulangerie Aucoin disent qu’elles y réfléchiront. La vie à Chéticamp est bien différente que celle que Tongrui Weng, Krishna Surendra Babu et Lalithambika Devi ont connue auparavant, mais elles disent qu'elles s’intègrent à la communauté et qu’elles essaient d’apprendre un peu de français.

Jenny Aucoin devant un étalages de beignets et d'autres pâtisseries

Jenny Aucoin, directrice de la Boulangerie Aucoin, à Chéticamp, a embauché trois étudiantes internationales cet été.

Photo : CBC/Holly Conners

C’est si paisible ici, si calme et les gens sont gentils. Ce genre d’endroits est difficile à trouver, affirme l’étudiante indienne Lalithambika Devi.

Krishna Surendra Babu, qui est aussi d’origine indienne, partage son sentiment. J’aime cet endroit, mais nous ne sommes pas encore allées à Toronto, dit-elle avec le sourire.

Avec les renseignements de Holly Conners, de CBC

Nouvelle-Écosse

Emploi