•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Charlottetown veut réglementer la location à court terme de logements

Sur un ordinateur portable, une fenêtre pour réserver un logement sur Airbnb est ouverte.

Charlottetown veut imposer des limites aux locations à court terme de logements privés comme celles qu'on trouve sur la plateforme Airbnb.

Photo : AFP/Getty Images / MARTIN BUREAU

Radio-Canada

Le conseil municipal de Charlottetown prépare un nouvel arrêté pour mieux réglementer la location à court terme de logements sur des plateformes comme Airbnb.

Un sondage sera lancé d’ici deux semaines et il sera suivi de réunions publiques en juin.

Lorsque [cet exercice] sera terminé, nous rassemblerons les commentaires entendus et des fonctionnaires municipaux s’en inspireront pour rédiger un arrêté, affirme le responsable municipal de la planification, Greg Rivard.

Les locations à court terme sont devenues très populaires à l’Île-du-Prince-Édouard. D’après une compilation récente réalisée par CBC, 1 logement privé sur 50 à Charlottetown est proposé en location sur Airbnb.

Il s’agit de près de 2 % de toutes les habitations de la capitale prince-édouardienne et la deuxième proportion parmi toutes les villes canadiennes étudiées, après Whistler.

Une grave pénurie de logements

Les locations à court terme sont très critiquées à l’heure où l’Île-du-Prince-Édouard connaît une grave pénurie de logements abordables. Le taux d’inoccupation des appartements à Charlottetown et même dans la province dans son ensemble est descendu à près de zéro.

Selon Greg Rivard, Charlottetown s’inspirera des solutions adoptées par d’autres villes. Nous avons vu des villes limiter le nombre de logements qu’un propriétaire peut offrir en location, d’autres solutions font appel au zonage, par exemple.

Il espère que le nouvel arrêté sera prêt d’ici le mois d’août. Il fera l’objet d’une dernière consultation avant d’être soumis au conseil municipal, en septembre.

Avec les informations de CBC

Île-du-Prince-Édouard

Politique municipale