•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fabricant de la boisson FCKDUP très actif auprès du gouvernement Trudeau

Des boissons énergisantes alcoolisées Fckd Up

Photo : Radio-Canada / Jocelyn Corbeil

Louis Blouin

Au moment où Ottawa se penchait sur de nouvelles règles afin d'encadrer les boissons alcoolisées sucrées, l'entreprise qui fabrique la boisson FCKDUP, le Groupe Geloso, menait une campagne de lobbying à ce sujet aux plus hauts échelons du gouvernement fédéral. Éduc'alcool s'interroge sur l'accès obtenu par l'industrie, alors que l'organisme peine à avoir une rencontre avec la ministre de la Santé.

La liste des personnes contactées par le Groupe Geloso ces derniers mois est longue. Parmi elles, la ministre fédérale de la Santé Ginette Petitpas-Taylor, des membres de son cabinet, le sous-ministre de la Santé, plusieurs fonctionnaires, sept autres ministres libéraux et le conseiller du premier ministre Mathieu Bouchard, notamment.

L’entreprise a également approché 10 députés libéraux, 14 conservateurs et 1 néo-démocrate, dont certains siègent au Comité permanent de la santé.

Au total, Radio-Canada a dénombré plus d’une centaine de communications entre les lobbyistes du Groupe Geloso et de hauts responsables gouvernementaux pour la période allant d’avril 2018 à mars 2019. C’est ce que révèlent les données du registre fédéral des lobbyistes.

Ces communications, faites en toute légalité, pouvaient être écrites, orales ou en personne.

Une ministre répond à une question à la Chambre des communes.

La ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas-Taylor, répond à une question à la Chambre des communes le 11 avril 2019.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

En mars 2018, l’entreprise a cessé la production de sa boisson FCKDUP après la mort de la jeune Athena Gervais. Dans les mois qui ont suivi, le Groupe Geloso s’est assuré de transmettre son message à Ottawa, parce que Santé Canada envisageait des règles plus strictes pour ce type de boisson.

Le Groupe Geloso refuse de préciser la nature de ses demandes et d'en dire davantage sur ses efforts de lobbying. « Notre entreprise ne commentera pas le contenu de ces rencontres qui sont de nature privée. Cela dit, le Groupe Geloso se conforme à la réglementation en vigueur de bonne foi, comme il l’a toujours fait », peut-on lire dans une brève déclaration envoyée à Radio-Canada.

La ministre fédérale de la Santé défend son indépendance à l’égard de cette entreprise privée. « Il n'y a eu aucune influence sur la décision qui a été prise », a déclaré Ginette Petitpas-Taylor.

De son côté, le directeur général d’Éduc’alcool, Hubert Sacy, déplore le manque d’accès à la ministre de la Santé. « C’est décevant de voir que l'on accorde davantage d'attention et d'écoute à une entreprise qui a fabriqué le produit qui a tué qu’à l'organisme qui essaie de faire en sorte qu'une telle situation ne se reproduise », a dit M. Sacy.

Nous avons la très nette impression que nous ne sommes pas entendus.

Hubert Sacy, directeur général, Éduc’alcool

M. Sacy se garde bien d’établir un lien direct entre la campagne de lobbying menée par le Groupe Geloso et les décisions prises par Ottawa. Cependant, il déplore le peu d’écoute de la ministre et de son équipe. En mars, Éduc’alcool a demandé une rencontre avec Mme Petitpas-Taylor, mais elle n’a toujours pas eu lieu.

La ministre assure avoir « pris en considération » les recommandations de l’organisme lors de ses interventions dans le processus de consultation.

Après avoir été contacté par Radio-Canada vendredi dernier, le cabinet de la ministre a relancé Éduc’alcool. Une rencontre avec le personnel de la ministre pourrait avoir lieu dès cette semaine.

Hubert Sacy, directeur général d'Éduc'alcool

Hubert Sacy, directeur général d'Éduc'alcool

Photo : Radio-Canada

Des changements réclamés

Hubert Sacy ne comprend toujours pas pourquoi Ottawa refuse d’agir à propos de deux demandes spécifiques. D’abord, il réclame des restrictions sur l’emballage des boissons alcoolisées sucrées pour qu’elles soient moins attirantes pour les jeunes, ce que refuse le gouvernement fédéral.

L’organisme souhaite également que la quantité d’alcool soit limitée à un verre standard par contenant pour ce type de boisson.

C’est aussi ce qu’ont recommandé le comité parlementaire qui s’est penché sur la question et le coroner qui a enquêté sur la mort d’Athena Gervais. L’adolescente est morte noyée en février 2018 après avoir consommé en peu de temps une grande quantité de boisson FCKDUP.

Dans sa réglementation, Ottawa a plutôt choisi de limiter la quantité d’alcool à 1,5 verre standard. Une décision que s’explique mal Hubert Sacy. « Nous avons toujours pour le moment un projet de règlement que personne n'a réussi à justifier intelligemment », ajoute-t-il.

Selon lui, ces boissons sucrées qui masquent le goût de l’alcool doivent faire l’objet d’une « réglementation spéciale ».

Un homme regarde la photo de sa fille sur son téléphone mobile.

« Il ne faut pas que ma fille soit partie pour rien. Les autres jeunes sont en danger », affirme Alain Gervais.

Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

C’est un avis que partage Alain Gervais, le père de la jeune Athena, morte dans des conditions tragiques. Il parle de boissons « traîtresses » et « dangereuses ».

« On cible un groupe qui n’est même pas en âge d’acheter de l'alcool. Ils sont en train de former la prochaine génération de consommateurs avec des produits tape-à-l’œil », souligne M. Gervais.

Il ne faut pas que ma fille soit partie pour rien. Les autres jeunes sont en danger.

Alain Gervais, père d’Athena Gervais

M. Gervais tient à souligner certaines avancées dans la réglementation fédérale. Si certaines canettes pouvaient auparavant contenir jusqu'à l’équivalent de 4 verres d’alcool standards, le fait de faire passer cette quantité à 1,5 constitue un progrès, selon lui. Toutefois, il demande à Ottawa d’aller plus loin en limitant à un verre seulement et en encadrant la publicité et l’emballage.

Le père d’Athena aimerait rencontrer bientôt la ministre de la Santé à Ottawa et ainsi poursuivre son combat.

Ginette Petitpas-Taylor se dit prête à l’écouter et à considérer des changements à sa réglementation. « Je suis toujours ouverte à faire une réévaluation », dit-elle.

Le nouveau cadre réglementaire encadrant les boissons sucrées alcoolisées doit entrer en vigueur au cours des prochaines semaines.

Cependant, il est improbable que des modifications supplémentaires soient adoptées avant les prochaines élections fédérales.

Louis Blouin est correspondant parlementaire à Ottawa

Politique fédérale

Politique