•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ado sur un piano public charme les passants et un compositeur de renom

Le jeune pianiste Kian Nojoumian jouant sur un piano public au Palais des congrès de Montréal.

Le jeune pianiste Kian Nojoumian au Palais des congrès de Montréal.

Photo : Maddy Samaddar-Johnson

Radio-Canada

Un jeune d'origine iranienne. Il a 16-17 ans tout au plus. Ses doigts virevoltent sur l'un des pianos publics du Palais des congrès de Montréal. Des passants s'attroupent autour de lui, obnubilés par son jeu. Des agents de sécurité aussi. Mais qui est ce pianiste inconnu? Son talent a attiré l'attention d'un compositeur réputé.

Un texte de Dominic D. Matthews

Maddy Samaddar-Johnson est une mélomane qui travaille dans le domaine de l’architecture à New York et à Montréal. Elle traversait les couloirs du Palais des congrès il y a quelques semaines lorsqu’elle a été happée par des mélodies harmonieuses.

Impossible de ne pas s’arrêter.

Son jeu était complètement hypnotisant, se souvient-elle. Il jouait l’une de ses propres compositions, complètement perdu dans sa bulle. C’était si captivant.

Touchée par ce doigté hors du commun, elle a publié une vidéo de sa prestation en ligne. J’ai senti que je ne pouvais pas laisser tant de talent passer inaperçu, explique Maddy Samaddar-Johnson. Quelque chose devait être fait!

Ce talent, c’est Kian Nojoumian. Il a 16 ans.

Sa famille et lui ont quitté l’Iran pour s’installer à Montréal il y a quelques mois, posant leurs valises en plein cœur de l’hiver. Mais ce n’est pas la neige et le froid qui accablaient le plus l’apprenti musicien, c’était d’avoir perdu son piano, que la famille a dû laisser derrière.

Kian joue depuis l’âge de 10 ans et aime surtout composer ses propres pièces. Il suivait des cours depuis quelques mois avec de nouveaux professeurs lorsque sa famille a quitté le pays. La séparation avec son instrument a été difficile.

Pour lui permettre d’exercer sa passion, son père l’a emmené jouer sur l’un des nombreux pianos publics que compte Montréal. Une façon de garder la main, mais aussi de prendre de l’expérience devant public.

Lorsqu’elle a publié un message sur Facebook, Maddy Samaddar-Johnson précisait que le père de Kian ne cherchait pas d’argent. Simplement des recommandations de professeurs de piano pour son fils.

De fil en aiguille, le mot s’est rendu jusqu’au compositeur et producteur Jason Howland, qui a notamment remporté un Grammy en 2015 pour son travail sur une pièce à Broadway. Il a contacté Mme Samaddar-Johnson pour avoir les coordonnées du jeune pianiste et lui offrir un clavier pour qu’il puisse continuer à s’exercer.

Pourquoi cette générosité? J’aurais été perdu si je n’avais pas pu jouer du piano quand j’en avais besoin, particulièrement quand j’étais un adolescent, a dit Jason Howland pour expliquer son geste. Il y a trop de talents potentiels qui sont négligés parce que les gens n'ont pas accès [à des instruments].

J’étais sous le choc et très excité en même temps, raconte Kian. C’était très généreux de sa part.

Il y a quelques jours, en revenant de l’école, Kian a vu un colis qui l’attendait à la maison et l’a ouvert sans hésitation. Il s’agissait d’un clavier, avec un support et une paire d’écouteurs afin qu’il puisse pratiquer aussi longtemps qu’il le souhaite.

C’était super de finalement pouvoir travailler sur ma musique après quelques mois! C’était quelque chose qui me manquait.

Kian Nojoumian jouant sur le clavier donné par Jason Howland.

Kian Nojoumian jouant sur le clavier donné par Jason Howland.

Photo : Courtoisie

Ce dénouement heureux a poussé Maddy Samaddar-Johnson à raconter la suite des événements sur Facebook. Cette fois, la publication a été repérée par l’administration du Palais des congrès de Montréal.

Ça a ému tout le monde, du PDG aux employés, explique Renaud Martel-Théorêt, conseiller aux communications de l’établissement. Sans avoir de projet concret pour l’instant, le Palais des congrès voudrait donner suite à cette histoire-là, poursuit-il.

Maddy Samaddar-Johnson, ravie d’avoir pu aider le jeune Kian à poursuivre sa passion, dit maintenant espérer le voir jouer un jour dans une salle de concert à Montréal ou à New York.

De leur côté, Kian Nojoumian et ses parents souhaitent toujours trouver un professeur qui pourra le guider dans son apprentissage.

[La musique], c’est tout ce que je veux faire.

Grand Montréal

Musique