•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le financement d'Ottawa en réponse à la pénurie d'enseignants francophones très attendu en C.-B.

Ils se tiennent debout devant un drapeau du Canada et le sourire aux lèvres.

De gauche à doite: Glyn Lewis, directeur de Canadian Parents for French, Mélanie Joly ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Andrew Petter, président et vice-chancelier de SFU.

Photo : Radio-Canada

Nora Chabib

Plusieurs représentants des organismes d'enseignement francophones de la Colombie-Britannique accueillent favorablement l'annonce de la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, sur la Stratégie de recrutement et de rétention des enseignants francophones du gouvernement fédéral, dévoilée lundi à Vancouver.

Les responsables du secteur de l'éducation en français de la province s'accordent pour dire que le financement de 62,6 millions de dollars sur quatre ans les aidera sans doute à attirer des enseignants et à les retenir.

Le fond, annoncé l'an dernier, sera partagé à parts égales entre les écoles de la minorité francophone et les écoles d’immersion.

La présidente de l'Association provinciale des professeurs d'immersion et du programme francophone (APPIPC), Sophie Bergeron, soutient que la pénurie d’enseignants dans la province touche aussi les écoles d’immersion et « qu’aider les élèves à perfectionner leurs français contribue à les encourager à devenir enseignant. »

Elle se tient debout devant un tableau multicolore habillée d'une chemise verte.

Sophie Bergeron, présidente de l'Association provinciale des professeurs d'immersion et du programme francophone (APPIPC).

Photo : Radio-Canada / Nora Chabib

Plusieurs s'intéressent à l'enseignement, mais ils ont besoin de perfectionner leur français pour être capable devenir enseignant. Si cet argent peut aider au niveau des infrastructures, c’est bien.

Sophie Bergeron, présidente, de l'Association provinciale des professeurs d'immersion et du programme francophone (APPIPC)

Le directeur du Vancouver School Board, Adrian Keogh, précise que ce financement servira à envoyer les enseignants et les élèves anglophones au Québec ou en France pour développer plus d'aisance et acquérir une meilleure confiance dans leur langue seconde.

Le directeur se tient debout devant un tableau multicolore. Il affiche un air sérieux et porte des lunettes de vues noires.

Adrian Keogh, directeur de la Vancouver School Board.

Photo : Radio-Canada / Nora Chabib

La présidente de l'APPIPC regrette néanmoins que la ministre n’ait pas donné de détails sur les actions concrètes que le gouvernement fédéral souhaite appliquer pour « améliorer les conditions de travail des enseignants de langue française » tel qu'annoncé.

« Attirer les enseignants lorsqu’on a les salaires les plus bas du pays, ce n’est pas facile », souligne-t-elle.

Le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique est quant à lui heureux de ce financement qui aidera « les régions touchées par la pénurie d'enseignants francophones à trouver des solutions afin de remédier à cette situation ».

La ministre Mélanie Joly a également annoncé un appel de proposition (Nouvelle fenêtre) dans le but de financer des projets en réponse à la pénurie d'enseignants en mentionnant entre autres la reconnaissance des diplômes étrangers.

Trois millions pour SFU

Le gouvernement fédéral en a également profité pour annoncer qu’il octroyait trois millions de dollars sur deux ans à l’Université Simon Fraser (SFU) pour élargir son offre de cours et de programmes en français.

Ça nous permet d’ajouter des places dans la formation, de stimuler la vie étudiante en français, de développer des partenariats avec le conseil jeunesse francophone et d'offrir de la formation continue sur les capacités langagières par exemple.

Gino Leblanc, directeur du Bureau des affaires francophones et francophiles de SFU

Le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique y voit là la chance de permettre à ses élèves « de voir l'offre de programmes s'agrandir et ainsi d'avoir l'option de poursuivre un parcours scolaire dans un environnement francophone. »

Sophie Bergeron espère bientôt voir des programmes d'enseignements offerts en français en région. Elle donne l'exemple de Prince George où des élèves voudraient étudier en immersion, mais ne le peuvent pas car il n'y a pas d'enseignants qualifiés.

Le fonds qu’Ottawa va accorder à SFU représente environ deux tiers du budget total des programmes en français de l'institution académique.

Colombie-Britannique et Yukon

Éducation