•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avec l’achat de WestJet, Gerald Schwartz tiendrait aujourd’hui sa revanche

Gerald Schwartz parle à ses actionnaires.

Gerald Schwartz et son conglomérat possèdent des entreprises dans des domaines aussi variés que l'alimentation et l'aviation.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Le PDG d'Onex, Gerald Schwartz, réussira-t-il à créer un transporteur aérien d'envergure nationale, avec l'achat de WestJet, 20 ans après avoir échoué à acquérir Air Canada?

En 1999, M. Schwartz a tenté d’acheter Air Canada pour la fusionner avec Canadien International. Mais la transaction, à laquelle Air Canada était opposée, a finalement été bloquée par la Cour supérieure du Québec. Le juge a décidé que l'offre d'Onex ne respectait pas la disposition de la loi régissant la propriété d'Air Canada, qui fixe à 10 % la limite maximale du nombre d'actions détenues par un seul propriétaire.

Un coup dur à encaisser pour le financier, qui avait planché sur cette offre pendant des mois.

En 2007, Onex a également tenté sa chance, sans succès, d’acheter l’australienne Qantas Airways.

Avec l’achat de WestJet, Gerald Schwartz pourrait poursuivre les acquisitions.

« C’est vraiment une industrie qui a piqué son intérêt [...] Il la surveille depuis au moins une vingtaine d’années », croit Karl Moore, professeur de stratégie à la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill, interrogé par L'heure du monde.

Certains pensent même qu'Onex a de plus larges visées, dans un contexte où Air Transat est en discussion en vue d'une éventuelle vente.

« Est-ce une tentative de consolidation [de la part d'Onex]? », se demande Louis Hébert, professeur titulaire à HEC Montréal. « Mettre sur la main sur WestJet, puis ensuite sur Air Transat, ça pourrait être vraiment intéressant pour créer une alternative pancanadienne à Air Canada. »

Il doute cependant de la viabilité des deux entreprises. « Mais le marché de l’aviation est en train de changer, parce qu’il se consolide tellement », estime M. Hébert. « Depuis quelques années, il est maintenant possible d’augmenter les prix et donc d'aller chercher un retour sur l’investissement qui était très difficile à faire parce qu’on avait trop de joueurs, trop de transporteurs. »

En Amérique du Nord, cette consolidation a permis une réduction de la concurrence sur les prix entre les transporteurs aériens, croit l'analyste, et donc de meilleurs profits.

Ça devient une industrie qui peut être vraiment attrayante, où il y a un potentiel de rentabilité qui peut être intéressant.

Louis Hébert, professeur à HEC Montréal

Qui est Gerald Schwartz?

  • Gerald Schwartz, PDG de la firme canadienne d’investissement Onex, a bâti sa fortune en restructurant des entreprises en difficulté.
  • Né à Winnipeg, en 1941, Gerry Schwartz est titulaire d'une maîtrise en administration des affaires de la Harvard Business School.
  • Il a passé quelques années à Wall Street, où il a notamment travaillé au sein de la banque d’investissement Bear Stearns avec Jerome Kohlberg, Henry Kravis et George Roberts, de jeunes banquiers d’affaires pionniers des acquisitions par emprunt.
  • MM. Kohlberg, Kravis et Roberts ont par la suite fondé KKR, tandis que M. Schwartz est revenu au Canada, où il a cofondé CanWest Global, grande entreprise médiatique basée à Winnipeg, avec Izzy Asper.
  • Puis, en 1984, il a fondé sa firme d'investissement Onex, gérant aujourd'hui plus de 31 milliards de dollars d’actifs, dont 6 milliards de dollars de ses propres capitaux.
  • Il est marié à Heather Reisman, qui est à la tête de la chaîne de librairies Indigo Books and Music.
  • Philanthropes reconnus, les Schwartz-Reisman ont donné, en mars dernier, 100 millions de dollars à l’Université de Toronto pour la construction d'un centre d'innovation sur l'intelligence artificielle.
  • Gerald Schwartz a reçu de nombreuses récompenses au fil des ans. Il a notamment été nommé officier de l’Ordre du Canada en 2005 et a été intronisé au Temple de la renommée de l’entreprise canadienne en 2004.
Avec les informations de Bloomberg, et Forbes

Transports

Économie