•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le salaire des élus de Sherbrooke pourrait augmenter

Bernard Tanguay lisant les recommandations de son rapport.
C'est l'ancien conseiller municipal Bernard Tanguay qui a été mandaté pour réaliser cette étude. Photo: Radio-Canada / Mélissa Fauteux
Radio-Canada

Selon le Rapport Tanguay, qui se penche sur la rémunération des élus de Sherbrooke, le salaire du maire et le salaire de base de celui des conseillers municipaux se situent dans la moyenne des villes de taille comparables.

Ce rapport avait été commandé par la Direction générale de la Ville de Sherbrooke l'automne dernier. C'est l'ancien conseiller municipal Bernard Tanguay qui a été mandaté pour réaliser cette étude.

M. Tanguay a consulté d'actuels et d'ex-conseillers municipaux et des gestionnaires des comités municipaux. Il a « tenu compte de la préparation et du temps de réunion des conseils, des comités politiques et des organismes paramunicipaux, du temps consacré aux citoyens des districts et de toutes les autres représentations publiques ». Il a aussi analysé la situation dans d'autres municipalités.

Actuellement, les conseillers municipaux, selon leurs responsabilités, peuvent gagner entre 50 000 et 100 000 $ environ.

Bernard Tanguay suggère que ce salaire soit ajusté chaque année en fonction de l'indice des prix à la consommation. Aussi, étant donné que le gouvernement a décidé que les allocations de dépenses des conseillers seraient imposées, M. Tanguay suggère que le salaire des conseillers soit ajusté en conséquence.

Ce que je leur recommande, c'est d'ajuster le salaire des conseillers et conseillères en portion de 30% de celle du maire, qui est tout à fait adéquate, et d'inclure dans cetter rémunération les 12 comités pour lesquels il y a des rémunérations additionnelles de versées, a mentionné Bernard Tanguay après la présentation de son rapport.

Au total, on compte 79 comités politiques, organismes paramunicipaux, comités de quartier et organismes du milieu dans lesquels les élus sont présents.

Je pense qu'il faut faire du ménage, soutient Bernard Tanguay. Il y a une foule de comités de toutes sortes et on m'a même dit qu'il y avait des sous-comités de sous-comités dans certains cas pour aller plus en profondeur sur un sujet très précis.

Les élus sherbrookois se prononceront sur ces recommandations lors de la prochaine séance du conseil municipal qui aura lieu le 21 mai.

Un rapport décevant, selon Évelyne Beaudin

Seule élue à avoir accepté de commenter les conclusions du rapport lundi, la conseillère et cheffe de Sherbrooke Citoyen, Évelyne Beaudin, a qualifié le rapport Tanguay « d'un peu décevant », soulignant qu'il « repose sur peu de faits et d'enquêtes ».

Par exemple, si je prends simplement le nombre d'heures qu'un élu devrait consacrer à son travail ou le nombre d'heures qu'un élu consacre véritablement à son travail, on ne retrouve pas de données là-dessus. Ce qu'on retrouve plutôt, c'est l'opinion du consultant sur le nombre d'heures que devrait travailler un élu qui semble s'appuyer sur son expérience personnelle, déplore-t-elle.

Elle offre toutefois ses services au maire Steve Lussier pour coordonner bénévolement l'optimisation de la gouvernance de la Ville et le temps des élus.

Il faut avoir une réflexion sur le nombre de comités, mais profitons de l'occasion pour ne pas se limiter simplement au nombre et voir aussi la manière de travailler. À l'environnement en ce moment, Karine Godbout est appelée à siéger à plein d'organismes environnementaux à Sherbrooke. Pourquoi on ne fait plutôt une vraie commission de l'environnement où seraient invités à siéger de façon ponctuelle ou statutaire tous ces organismes-là? donne en exemple Évelyne Beaudin.

Estrie

Politique municipale