•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La STM se donne des moyens de désengorger la ligne orange

La STM mettra en place plusieurs mesures pour atténuer la congestion sur la ligne orange du métro, ont annoncé le président de son c.a., Philippe Schnobb, et la mairesse Valérie Plante.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Bernard Barbeau

Création d'un circuit d'autobus express, bonification des circuits existants, ajout de trains : la Société de transport de Montréal (STM) a annoncé une série de mesures visant à soulager la ligne orange du métro dans le centre de l'île de Montréal, où le service peine à répondre à la demande aux heures de pointe.

La mairesse Valérie Plante et le président du conseil d'administration de la STM, Philippe Schnobb, ont lancé lundi matin une initiative baptisée « Mouvement orange », qui se déclinera en plusieurs phases à partir de septembre, le long de la ligne orange entre les stations Beaubien et Berri-UQAM. « Elles visent toutes à améliorer les conditions de déplacement [...] dans ce secteur névralgique de la ville », a souligné Mme Plante.

La STM a ainsi choisi de prendre des mesures immédiates, « en attendant des infrastructures lourdes à plus long terme », a ajouté la mairesse. L'éventuelle expansion du métro représente un « besoin criant », avait déjà signalé M. Schnobb.

On le sait qu’il y a un problème. On est conscient que ce n’est pas toujours facile pour quiconque doit passer par la station Berri-UQAM, à l’heure de pointe tout particulièrement. Et on sait que la ligne orange arrive à saturation. Et c’est pour ça qu’on agit aujourd’hui.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

« On a vu ça venir, quand même, a raconté M. Schnobb. Quand on a ouvert le métro de Laval, on a augmenté la capacité des voitures, les voitures se sont remplies. Ensuite, on a augmenté le service, les voitures se sont remplies. Et là, on a reçu [les trains] Azur – on a dit : "8 % de capacité supplémentaire, ça va faire une différence" –, les trains Azur se sont remplis aussi. Alors, on s’est dit : "Il faut trouver une solution pour voir venir les choses à court terme". »

Philippe Schnobb, sur une scène, devant une carte.

Philippe Schnobb a présenté une carte illustrant la concentration des usagers qui montent dans le métro entre les stations Beaubien et Berri-UQAM, sur la ligne orange. Il y en a chaque jour environ 21 500.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Dès la rentrée automnale, deux trains de plus transporteront des passagers aux heures de pointe du matin et de l’après-midi, faisant passer à neuf le nombre de trains partant de la station Henri-Bourassa le matin.

Trois autres trains pourront aussi être ajoutés au besoin. Prêts à intervenir lorsque la STM le jugera nécessaire, ils seront stationnés près de la station Crémazie le matin et des stations Berri-UQAM et Lionel-Groulx en après-midi.

Mais surtout, la STM espère déplacer une partie de l’achalandage du métro vers les autobus.

« La STM est actuellement à revoir son réseau de bus dans son ensemble et veut faire jouer un plus grand rôle à ce mode de transport en l’adaptant aux nouvelles réalités présentes et à venir », a indiqué Philippe Schnobb.

Avec ces nouvelles mesures, on veut rendre l’autobus plus pratique, plus efficace, pour répondre aux besoins. [...] Je suis consciente que c’est une solution temporaire, à court terme, et que ça ne réglera pas le problème pour toujours.

Valérie Plante, mairesse de Montréal
Plan de la nouvelle ligne 445 Express Papineau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plan de la nouvelle ligne 445 Express Papineau

Photo : Société de transport de Montréal

Ainsi, toujours en septembre, la nouvelle ligne 445 Express Papineau entrera en service. Les bus s'élanceront sur la rue Beaubien, emprunteront l’avenue Papineau, dont une voie réservée sera aménagée progressivement sur la longueur du trajet, et poursuivront leur route sur le boulevard René-Lévesque jusqu’au cœur du centre-ville. Ils transporteront 3000 usagers par jour, soit l'équivalent de trois trains, espère la STM.

L'Express Papineau se veut donc une solution de rechange au métro, à l’instar de la ligne 427 Express Saint-Joseph créée en 2010. Cette dernière sera également bonifiée.

« Des alternatives en bus très attrayantes », a estimé M. Schnobb.

Plan des nouvelles lignes 480 Express du Parc et 465 Express Côte-des-Neiges.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plan des nouvelles lignes 480 Express du Parc et 465 Express Côte-des-Neiges

Photo : Société de transport de Montréal

Même chose pour le service sur l’avenue du Parc, à environ un kilomètre de la branche est de la ligne orange. La ligne 435 Express du Parc/Côte-des-Neiges sera scindée en deux nouvelles lignes, toujours aux heures de pointe, soit la 480 Express du Parc et la 465 Express Côte-des-Neiges. Le service sur les axes du Parc et Côte-des-Neiges sera aussi bonifié sur les lignes locales 80 du Parc et 165 Côte-des-Neiges dans le sens contraire de la pointe.

Des mesures appréciées

Le Conseil régional de l’environnement (CRE) de Montréal a applaudi à l'annonce de lundi. « L’adoption de ces mesures pragmatiques à très court terme […] démontre une compréhension de l’urgence de la situation », a déclaré sa porte-parole Tania Gonzalez.

« En attendant les infrastructures majeures, comme le prolongement de la ligne bleue, la création de la ligne rose, le déploiement du transport collectif dans l’Est, il faut en effet continuer à déployer une diversité de mesures pour répondre à la volonté toujours croissante des Montréalais d’opter pour le transport collectif et la mobilité durable », a-t-elle poursuivi.

La STM et la Ville travaillent d'autre part à l’élaboration d’un nouveau partage « clair » des artères en faveur du transport collectif.

En novembre dernier, la STM avait annoncé un budget 2019 de 1,46 milliard de dollars prévoyant une amélioration de l'offre relativement au métro, aux autobus et au transport adapté.

Puis, en début d'année, la Société a entrepris d'analyser le comportement des usagers entassés matin et soir. Elle disait vouloir comprendre pourquoi beaucoup restent devant les portes sans utiliser les espaces au fond des rames, donnant ainsi l'impression que les trains sont encore plus bondés qu'ils ne le sont réellement.

Avec des informations de Marc Verreault

Politique municipale

Politique