•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ultime recours pour empêcher la démolition du Marché du Vieux-Port

Le Marché du Vieux-Port sera démoli à la mi-juin, selon les plans de la Ville. Photo: Radio-Canada / Louise Boisvert
Radio-Canada

L'avocat François Marchand s'adresse à la Cour supérieure pour empêcher la démolition du bâtiment qui abrite le Marché du Vieux-Port et ainsi forcer la Ville de Québec à ne pas déménager le marché sur le site d'ExpoCité.

Le marché a été installé il y a plus de 30 ans sur le terrain du 160, rue Quai Saint-André, afin de ramener des visiteurs à fréquenter le Vieux-Port, souligne l’avocat en droit municipal.

François Marchand estime que la Ville contribue maintenant à dévitaliser le secteur.

« Entre la gare du Palais et la Pointe-à-Carcy, c'est en train de devenir un désert urbain. Tout se détériore. Ça risque de prendre des dizaines d'années avant qu'on puisse revitaliser tout ce secteur-là », affirme-t-il.

Le terrain a été cédé par le fédéral à la Ville de Québec en 2012 pour un montant symbolique d'un dollar, selon les conditions suivantes : y maintenir un marché, un jardin floral et un parc.

La Ville de Québec a pris la décision de déménager l’actuel Marché du Vieux-Port au site d’ExpoCité dans le quartier Limoilou en totale contravention des décrets du gouvernement fédéral et des conditions impératives de l’acte de vente.

François Marchand, avocat

Un million de visiteurs

Le Marché du Vieux-Port est fréquenté annuellement par plus d’un million de personnes à son emplacement actuel.

Son départ, ajouté au déménagement prochain de l’Hôtel-Dieu de Québec, signifie « une désertification » de cette partie du Vieux-Québec, selon François Marchand.

« La fermeture du Marché du Vieux-Port se traduit pour les résidents et autres commerçants par une perte de plus 70 commerces de proximités dont plusieurs ouverts à l’année longue.
Cette fermeture va à l’encontre de toutes les politiques municipales axées sur la revitalisation des quartiers et les services de proximité », soutient-il.

L'avocat François Marchand a l'intention de mener son combat jusqu'en Cour supérieure. L'avocat François Marchand a l'intention de mener son combat jusqu'en Cour supérieure. Photo : Radio-Canada / Louise Boisvert

Suspendre la démolition

L'avocat demande donc au tribunal de suspendre la démolition prévue au mois de juin, de maintenir le marché public et d'assurer par la suite l'entretien des lieux.

François Marchand est convaincu que le projet de la Ville d’ériger un marché satellite au Grand Marché d'ExpoCité ne remplacera jamais le Marché du Vieux-Port. Des installations saisonnières pourront accueillir une vingtaine de stands de mai à octobre, au Vieux-Port.

« Le marché satellite aura une superficie équivalente à 10 % du marché actuel et il sera ouvert quelques semaines durant l’été. Il s’agit en fait d’un kiosque de fruits et légumes qui ne correspond en rien au marché actuel », déplore-t-il.

Une illustration du marché saisonnier du Vieux-Port de QuébecLa Ville de Québec va détruire le bâtiment actuel du marché du Vieux-Port pour le remplacer par des installations temporaires ouvertes de mai à octobre. Photo : Courtoisie, Ville de Québec

Des doutes

François Marchand doute aussi que l'ouverture du marché satellite puisse avoir lieu le 15 juillet, comme l'affirme la Ville. L'avocat soutient que l'ouverture ne se fera possiblement pas avant l'automne.

« Je crains qu'on manque la période la plus importante de l'année. Il n'y a pas de contrat de donné pour la démolition. Ensuite, la Ville doit obtenir l'autorisation de sa commission d'urbanisme parce qu'on est dans l'arrondissement historique. À ma connaissance, rien n'a été fait. Manifestement, on fait tout pour fermer le marché à la Ville de Québec », affirme-t-il.

La demande d'injonction vise la Coopérative des horticulteurs de Québec et la Ville de Québec.

La cause devrait être entendue le 31 mai prochain. Par la suite, un juge devra se pencher sur l'autre partie de la requête.

François Marchand demande à la cour de déclarer le déménagement du marché illégal et d'ordonner son maintien à l'année sur son site actuel.

Procès et poursuites

Justice et faits divers