•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crime organisé : la police de Laval lance le « projet Répercussion »

Une voiture de police est stationnée près d'un périmètre de sécurité à l'hôtel Sheraton.

Salvatore Scoppa, un membre influent de la mafia montréalaise, a été assassiné à l'Hôtel Sheraton de Laval le 4 mai 2019.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Radio-Canada

En réponse à l'assassinat de Salvatore Scoppa, un membre influent de la mafia montréalaise, à l'hôtel Sheraton, le Service de police de Laval lance le « projet Répercussion », qui vise à assurer une présence accrue de ses forces impliquées dans la lutte contre le crime organisé sur son territoire.

Pour le directeur du SPL, Pierre Brochet, la fusillade survenue le 4 mai au Sheraton dans une salle bondée où se trouvaient des centaines de personnes, dont des femmes et des enfants, est inacceptable.

« Nous n’hésiterons pas à doubler nos efforts pour maintenir à tout prix la sécurité des citoyens », explique le directeur du SPL.

« J'ai chaque année quelques règlements de compte reliés à la mafia sur mon territoire, mais c'est la première fois qu'un événement de ce type-là survient », souligne M. Brochet.

Un individu a fait feu à plusieurs reprises à l’intérieur de l’hôtel sans se soucier des répercussions. C’est inadmissible!

Pierre Brochet, directeur du Service de police de Laval

En réponse à cette flambée de violence, le Service de police de Laval riposte avec le « projet Répercussion » qui vise à rendre les policiers beaucoup plus visibles dans les endroits fréquentés par le crime organisé, mais aussi à augmenter la pression sur les membres des réseaux criminels par l'exécution notamment de mandats de perquisition et de contrôle divers afin d'augmenter la visibilité des forces de l'ordre. L'objectif est également de collecter du renseignement.

Pour ce faire, le SPL consacrera des agents en uniformes exclusivement à cette mission. « C’est une nouvelle façon de faire chez nous depuis 2015, on dédie des policiers en uniformes à la collecte d’informations, à la collecte de renseignements et à une présence auprès d’individus qui fréquentent le crime organisé », a expliqué sur les ondes d'ICI RDI Dany Gagnon, directeur adjoint aux enquêtes du Service de police de Laval.

Entrevue avec Daniel Renaud, journaliste aux affaires criminelles à La Presse

Jumelage des ressources

La Sûreté du Québec, la Gendarmerie royale du Canada et le SPVM seront appelés à collaborer avec le SPL dans le cadre du projet Répercussion.

Les policiers affectés à ce projet seront omniprésents dans les lieux fréquentés par des individus liés au crime organisé, notamment les bars, les restaurants et les établissements licenciés, a précisé le SPL dans un communiqué.

« On identifie les endroits fréquentés par la mafia, on est présent, on met de la pression, on fait des enquêtes, on exécute des mandats d'arrestation, on exécute des bris de conditions et aussi on identifie des opportunités d'enquête, puis on réoriente certaines enquêtes envers le type de groupe organisé qui est le plus violent », mentionne le directeur du SPL.

La pression sur le crime organisé sera ainsi accentuée, espère-t-on au SPL.

« On lance un message fort, c’est intolérable et nous sommes présents », assure le directeur adjoint du SPL, Dany Gagnon.

On veut que ce genre de gestes violents là, en public, où on risque la vie et la sécurité des citoyens, on veut que ça cesse

Pierre Brochet, directeur du Service de police de Laval (SPL)

Québec promet des « moyens à la hauteur de la situation »

Une voiture de police devant une résidence

Un homme a été tué d'au moins un coup de feu devant une résidence de l'arrondissement Lachenaie, à Terrebonne, dimanche soir

Photo : Radio-Canada

Cette offensive de la police de Laval a eu des échos jusqu'à Québec où la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault s'est dite « estomaquée » par la récente vague d'assassinats liée au crime organisé, notamment celui de Salvatore Scoppa.

Je salue la proactivité et les intentions de certains corps de police d’intensifier leur lutte contre le crime organisé, notamment la police de Laval.

Geneviève Guilbault, ministre de la Sécurité publique du Québec

« Il y a une escalade qui est très inquiétante. Je suis estomaquée de ce qui s’est produit dans ces événements, notamment au Sheraton »,a déclaré Mme Guilbaut lundi. Et je m’inquiète du fait que si des événements comme ça se produisent, des victimes innocentes qui n’ont rien à voir avec le crime organisé pourraient éventuellement faire les frais de ce genre de situation. »

La ministre a également tenu à rappeler que son gouvernement prend très au sérieux la lutte contre le crime organisé et que « des moyens à la hauteur de la situation » seront déployés pour endiguer ce fléau.

Rappelons qu'au moins trois assassinats d'individus liés au crime organisé ont eu lieu dans des endroits publics en huit jours dans la région de Montréal. Le dernier en date est survenu dimanche soir dans une rue d'un secteur résidentiel de Terrebonne où Éric Chabot, un individu de 42 ans connu des policiers, a été abattu de plusieurs balles.

Vendredi soir dernier, un homme a ouvert le feu dans un restaurant bondé du quartier DIX30 à Brossard, en Montérégie, atteignant une personne de 25 ans qui a succombé à ses blessures au cours de la nuit à l'hôpital. La police n’a procédé à aucune arrestation dans cette affaire.

Crime organisé

Justice et faits divers