•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

UMQ : les maires de l’Est-du-Québec de retour avec de nombreuses revendications

Alexandre Cusson, président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ)

Alexandre Cusson, président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un plus grand soutien pour lutter contre les changements climatiques, le transfert d'un point de TVQ aux municipalités mais à coût non nul, une communication directe avec Ottawa... De retour des assises de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), les maires de l'Est-du-Québec partagent plusieurs revendications.

Le transfert d'un point de TVQ aux municipalités ne peut pas se faire à coût nul tel que l'a évoqué le premier ministre François Legault aux assises annuelles de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), estiment plusieurs maires de l'Est-du-Québec. C'est l'une des nombreuses revendications envers les paliers de gouvernement supérieurs qui recueille un large consensus.

À ce chapitre, les maires de l’Est-du-Québec n’ont pas réagi différemment de la plupart des autres maires du Québec qui ont aussi mal reçu cette portion du discours de François Legault.

François Legault répond aux questions des journalistes lors d’une mêlée de presse en marge d’une visite au siège social de l’entreprise Coveo, à Québec.

François Legault, premier ministre du Québec

Photo : Radio-Canada

Le maire de Rimouski, Marc Parent, est catégorique :

Ça, ce n’est pas acceptable. On ne peut pas donner d’une main un point de pourcentage de TVQ et de l’autre main, enlever toutes les autres subventions.

Marc Parent, maire de Rimouski

Le transfert de TVQ est une excellente décision, une excellente nouvelle, mais ça ne peut pas se faire à coût nul, il doit y avoir de l’argent additionnel qui est transféré aux municipalités, ajoute M. Parent.

Le maire de Gaspé, Daniel Côté, abonde dans le même sens.

On ne peut pas faire ça à coût nul, parce qu’à coût nul c’est un recul, analyse Daniel Côté. Il faut se rappeler aussi que ce sont les municipalités qui ont participé énormément au retour à l’équilibre budgétaire du gouvernement du Québec…

Il n’est pas question que l’on soit encore les plus grands sacrifiés. Ce que l’on veut, c’est du nouvel investissement.

Daniel Côté, maire de Gaspé
Le maire de Gaspé, Daniel Côté

Le maire de Gaspé, Daniel Côté

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Je crois que Monsieur Legault s’est servi de ça comme technique de négociation pour un peu nous piquer au vif et il a réussi.

Daniel Côté, maire de Gaspé

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, souligne l’effort fait par les municipalités pour permettre à Québec d’équilibrer son budget et y voit lui aussi une posture de négociation de la part de François Legault.

Tout le monde n’était pas content de son discours, indique Réjean Porlier. C’est sûr qu’il a eu l’air de quelqu’un qui se plaçait en mode négociation où est-ce que " je vais mettre ça tellement gros que finalement on atterrira peut-être quelque part où ce ne sera pas si pire ".

Lutte aux changements climatiques

Une autre revendication qui ressort des assises de l’UMQ et qui trouve beaucoup d’échos chez les maires de l’Est-du-Québec, c'est l’aide pour lutter contre les changements climatiques.

Les maires s’attendent à ce que le gouvernement provincial et le gouvernement fédéral leur accordent davantage de moyens pour composer avec cette nouvelle réalité.

Je pense que l’on a franchi une limite où on n’aura pas le choix de l’avoir toujours comme priorité, ce dossier-là.

Réjean Porlier, maire de Sept-Îles


Selon le maire de Rimouski, les élus de l’Est ont notamment besoin d’outils pour combattre l’érosion côtière.

Et le leadership requis au niveau fédéral aussi bien que provincial pour aller de l’avant avec des stratégies qui vont vraiment permettre de diminuer les gaz à effet de serre, souligne Marc Parent.

Le maire Marc Parent est assis à une table.

Marc Parent, maire de Rimouski

Photo : Radio-Canada

Rimouski est appelé à jouer un rôle important avec son université qui a mis sur pied un programme en ingénierie permettant à ses étudiants d’apprendre quelles interventions peuvent être faites pour limiter les dégâts, fait aussi valoir Marc Parent.

Dans une région comme l’Est-du-Québec, on voit de plus en plus d’érosion côtière, note Daniel Côté, la mer ne gèle plus l’hiver et les premiers qui sont touchés au niveau de l’infrastructure et au niveau du service direct au citoyen, c’est le palier municipal.

On voudrait que les sommes soient disponibles rapidement pour que l’on puisse travailler de façon proactive.

Réjean Porlier, maire de Sept-Îles
Il porte une chemise et un veston à l'occasion de la rencontre du Nouvel An.

Le maire de Sept-îles, Réjean Porlier

Photo : Radio-Canada

Selon le maire de Gaspé, le municipal, le provincial et le fédéral se doivent de travailler de concert pour faire face aux changements climatiques.

Autonomie dans les négociations avec le fédéral

Les maires de l’Est-du-Québec sont nombreux aussi à appuyer le mot d’ordre de l’UMQ pour réclamer que les municipalités aient davantage de discussions directement avec Ottawa, même si les villes sont de juridiction provinciale.

Ce que l’on aimerait, c’est d’être capables de s’entendre directement avec le gouvernement du Canada, ce qui est souvent très difficile parce qu’il faut toujours passer par le Québec, note la mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet. On a des compétences municipales, on aimerait en avoir en aménagement du territoire, on connaît nos territoires, on aimerait être capables d’en discuter avec eux.

La mairesse de Rivière-du-Loup Sylvie Vignet.

La mairesse de Rivière-du-Loup Sylvie Vignet.

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Il faut accélérer le traitement des dossiers selon le maire de Gaspé.

Toujours passer par Québec pour recevoir un chèque du gouvernement fédéral, ça ne fait plus de sens, les municipalités se sont professionnalisées avec les années et on nous a reconnu comme des gouvernements autonomes, eh bien respectons l’autonomie et laissons-nous traiter directement avec Ottawa.

Avec les informations de François Robert et Martin Toulgoat

Bas-Saint-Laurent

Politique municipale