•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan face au fléau de la méthamphétamine

Un utilisateur de méthamphétamine en cristaux

Un utilisateur de méthamphétamine en cristaux

Photo : CBC

Radio-Canada

Alors que 142 infractions liées à la méthamphétamine ont été recensées, en 2015, ce nombre a bondi à 530, l'an dernier, en Saskatchewan. Cette drogue est responsable de l'augmentation du taux de criminalité, selon le chef de police de Regina, Evan Bray.

Il soutient que, depuis 2015, la ville reine est confrontée à ce fléau qui se répand en raison du coût abordable de cette drogue et de l’accessibilité de ses ingrédients.

Sa consommation croissante entraîne notamment une forme de paranoïa et des comportements à risque pour ses utilisateurs, soutient le chef de police.

La Saskatchewan est aux prises avec des taux élevés de VIH et d'hépatite C notamment en raison de l’utilisation de drogues par voie intraveineuse et du partage de seringues, selon le médecin hygiéniste en chef de la province, Saqib Shahab.

Par ailleurs, les utilisateurs de méthamphétamine se rendent fréquemment aux urgences des hôpitaux, mais ils nécessitent des soins de longue durée qui ne sont pas disponibles, déplore la présidente du syndicat des infirmières de la Saskatchewan, Tracy Zambory.

Elle relève aussi que le personnel hospitalier doit souvent composer avec des patients qui peuvent être violents.

Quelqu’un qui consomme de la méthamphétamine devient imprévisible. Ils sont dangereux et extrêmement malades.

Tracy Zambory, présidente du syndicat des infirmières de la Saskatchewan

Si le nombre de personnes fréquentant des centres de désintoxication n’a pas augmenté, la proportion de patients souffrant de dépendance à la méthamphétamine s’est pourtant fortement accrue, selon la responsable de la santé mentale et des dépendances, auprès du ministère de la Santé, Kathy Willerth.

Selon les chiffres du ministère de la Santé, 3 % des personnes fréquentant un centre de désintoxication en Saskatchewan signalaient un problème de dépendance à la méthamphétamine en 2012-2013. Cette proportion a grimpé à 30 % en 2017-2018.

Par ailleurs, les traitements de désintoxication sont plus longs pour utilisateurs de méthamphétamine et le risque de rechute est important, ajoute Kathy Willerth.

La province a déjà annoncé un accroissement de 30 millions de dollars du budget dédié, cette année, à la santé mentale et aux dépendances et prévoit aussi d’augmenter le nombre de places disponibles dans les centres.

La méthamphétamine serait importée dans la province en provenance de l’Alberta et de la Colombie-Britannique, selon le sergent Craig Toffoli de la Gendarmerie royale du Canada.

Avec les informations de Stephanie Taylor de La Presse canadienne

Saskatchewan

Crise des opioïdes