•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gravement blessées au Belize, deux Canadiennes se disent abandonnées par le consulat canadien

Suzanne Rulf à l'hôpital au Belize Photo: Gracieuseté de Sybille Rulf
Radio-Canada

Deux Montréalaises qui ont été gravement blessées au Belize il y a une semaine dans l'explosion d'un bateau-taxi et qui voudraient revenir au pays affirment être abandonnées par le consulat canadien.

Susanne Rulf, 69 ans, qui a été projetée loin du bateau lors de la déflagration, est brûlée aux deuxième et troisième degrés au bras droit et a eu les deux jambes blessées.

Selon sa sœur, Sybille, qui a contacté Radio-Canada, sa jambe droite a tant de fractures « qu'on a cru devoir l'amputer », et elle aurait « plusieurs fractures complexes, des ruptures de muscles et d'artères ainsi que dans le talon droit et gauche ».

Quant à son amie, Laura Gatti, 50 ans, elle a également des fractures aux deux pieds.

Aucune des deux blessées installées dans un hôpital public ne peut donc se mettre debout ou marcher, et Susanne Rulf ne peut pas s’asseoir. Les deux femmes voudraient « être de retour à Montréal le plus tôt possible », mais elles ne peuvent pas prendre un vol régulier en raison de leur état.

Laura Gatti qui a souscrit à une assurance voyage par l'entremise de son employeur, a contacté l'assureur en question, lequel, a-t-elle dit en entrevue à Radio-Canada, fait traîner les choses, bien qu'il s'occupe également des démarches concernant le rapatriement de Susanne Rulf, qui, elle, n'a pas d'assurance et devra assumer les coûts.

Laura Gatti affirme que son médecin traitant a fait savoir déjà deux ou trois jours après leur arrivée à l'hôpital que les deux femmes étaient en mesure de voyager en avion-ambulance. « Je suis vraiment déçue que la compagnie d’assurance prenne autant de temps », note-t-elle, indiquant qu'il a été entre autres difficile pour l'entreprise d'entrer en contact avec son médecin.

Les deux femmes déplorent également l'attitude du consulat canadien, qu'elles ont contacté, mais qui n'a fait aucun suivi et n'a envoyé personne pour les visiter. Laura Gatti regrette que personne ne leur ait donné d'informations sur le fonctionnement de l'hôpital, pour les aider à augmenter leur confort ou peut-être pour accélérer les démarches auprès de la compagnie d'assurance.

« Je m’attendais à ce que le gouvernement canadien vienne ici pour me demander : avez-vous besoin de quelque chose? », affirme de son côté Susanne Rulf, également en entrevue.

Par ailleurs, la compagnie d'assurance du bateau-taxi aurait offert de payer leur rapatriement.

« Ils sont venus nous voir depuis le début. Eux, ils se sont bien comportés quand même. Ils ont offert de payer toutes nos dépenses. Ils sont même prêts à payer l’ambulance aérienne pour nous amener au Canada », note Laura Gatti.

La femme est couchée sur un lit, les pieds bandés des genoux aux orteils.Laura Gatti à l'hôpital Photo : Gracieuseté de Sybille Rulf

Deux fillettes mortes dans l’explosion

L’explosion est survenue le samedi 4 mai dernier vers 15 h à Belize City alors que le bateau-taxi était à quai, tout de suite après que le capitaine eut démarré les moteurs.

34 personnes étaient à bord, et d’autres se préparaient à monter.

La déflagration a causé la mort de deux fillettes de 8 et 10 ans qui étaient accompagnées de leur mère et de leur beau-père. En tout, 14 personnes ont aussi été blessées, dont ces deux derniers.

Une enquête est en cours pour comprendre l’origine du drame.

Selon des témoins cités par un média local, le bateau avait déjà fait deux voyages cette journée-là.

Faits divers

International