•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les catholiques du Sri Lanka assistent à une première messe depuis les attaques

Les messes ont repris sous haute surveillance au Sri Lanka, deux semaines après les attentats qui ont coûté la vie à plus de 250 personnes. Photo: Getty Images / AFP/Lakruwan Wanniarachchi
Radio-Canada

L'Église catholique du Sri Lanka a organisé la première messe dominicale régulière depuis les attentats-suicides dans des églises et des hôtels qui ont tué plus de 250 personnes le jour de Pâques.

Des militaires et des policiers armés de fusils d'assaut patrouillaient dans les rues près des églises et montaient la garde devant les bâtiments. Tous ceux qui entraient devaient présenter des cartes d'identité et faisaient l'objet d'une fouille corporelle.

Des volontaires ont été postés aux portes des églises pour identifier les paroissiens et surveiller d'éventuels individus suspects.

Le stationnement a été interdit à proximité des églises, et les responsables ont demandé aux fidèles d'apporter un minimum de sacs.

Un policier effectue une fouille corporelle sur un jeune homme, devant l'entrée d'une église, au Sri Lanka.Des fouilles corporelles ont été menées à l'entrée des églises, par mesure de précaution. Photo : Getty Images / AFP/Lakruwan Wanniarachchi

Des attentats revendiqués

Sept kamikazes ont frappé deux églises catholiques, une église protestante et trois hôtels de luxe le dimanche de Pâques. Le groupe armé État islamique a revendiqué les attentats perpétrés par un groupe musulman radical.

Les offices du dimanche ont été annulés au cours des deux week-ends qui ont suivi l’attaque, par crainte d'autres attentats, ne laissant aux fidèles que la possibilité de regarder la messe à la télévision, célébrée dans la résidence de l'archevêque Malcolm Ranjith, à Colombo.

Les autorités ecclésiastiques envisagent également de rouvrir mardi des écoles gérées par des églises si celles-ci assurent un niveau adéquat de sécurité.

Le président Maithripala Sirisena a déclaré la semaine dernière que « 99 % » des suspects des attaques de Pâques avaient été arrêtés, et leurs explosifs, saisis, et qu'il était sécuritaire pour les touristes de revenir dans l'île de l'océan Indien.

La police a déclaré que deux groupes islamistes radicaux jusque-là peu connus, le Towheed Jamaat national et Jammiyathul Millathu Ibrahim, avaient conspiré pour conduire les attentats.

Selon des responsables, Zahran Hashim, un prédicateur vitriolique de l'est du pays, a peut-être mené les assaillants, et pourrait figurer parmi les auteurs des attentats qui ont péri.

Avec les informations de Associated Press

Croyances et religions

International