•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La crue printanière fait toujours sentir sa présence en Outaouais et dans les Laurentides

Un homme et une femme en canot à travers les rues inondées

Gatineau est la ville la plus touchée par les inondations actuellement.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des milliers de résidents sont encore aux prises avec les inondations au Québec, surtout dans les Laurentides et en Outaouais. Dans cette dernière région, le pic d'une deuxième crue devrait être atteint dimanche.

Quant au niveau du lac Saint-Pierre, en Mauricie, il devrait continuer de monter jusqu’à lundi, pour ensuite descendre rapidement dans les jours suivants. Dans cette région, 350 maisons sont inondées.

Selon Éric Houde, de la Sécurité civile, la situation ne peut que s’améliorer, puisque seulement une petite quantité de pluie est attendue dans les prochains jours, et parce que la fonte des neiges est terminée dans la plupart des régions.

« On ne reviendra pas à ce qu’on a connu ces dernières semaines », a-t-il indiqué en entrevue à RDI.

La région la plus touchée actuellement est l'Outaouais, avec 2100 résidences inondées et 3300 personnes évacuées. À Gatineau seulement, 1000 résidences sont inondées, et 2100 personnes ont été évacuées.

Demande d'une commission d'enquête

Les résidents de cette région devront s’armer de patience, car l’eau pourrait mettre encore deux semaines à se retirer.

À Maniwaki, les 67 aînés occupant le Foyer Père-Guinard ont été évacués dimanche en prévision de la montée des eaux.

De plus, deux villes de l'Outaouais réclament maintenant une enquête publique sur la gestion des barrages. Après la municipalité de Mansfield-et-Pontefract, le village de Fort-Coulonge souhaite que le gouvernement provincial s'intéresse à cet enjeu après avoir subi trois inondations en autant d'années.

Dans les Laurentides, 1700 résidences sont toujours inondées, et près de 3300 personnes sont évacuées.

Par ailleurs, le lac Champlain et le lac Saint-Jean, dont on surveillait le niveau, semblent se stabiliser.

Selon Éric Houde, le lac Champlain, qui « était en inondation mineure et un petit peu plus », devrait rester à son niveau actuel.

Pour ce qui est du lac Saint-Jean, la météo clémente devrait lui permettre de rester dans les limites de son lit jusqu’à ce qu’il soit libéré de ses glaces, ce qui devrait survenir à la mi-mai.

Incidents et catastrophes naturelles

Environnement