•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un périple difficile, mais positif pour deux élèves de l'École secondaire de Bromptonville

Le périple de Josué Simard-Lebrun et Xavier McConnell a commencé vendredi sous la pluie et dans le froid. On les voit ici rouler sur le bord de la route, complètement trempés
Le périple de Josué Simard-Lebrun et Xavier McConnell a commencé vendredi sous la pluie et dans le froid. Photo: Radio-Canada
Christine Bureau

Les « petits bobos », le froid et le vent : les obstacles « qu'on ne peut pas contrôler » se sont accumulés dès les débuts du périple à vélo de Xavier McConnell et Josué Simard-Lebrun. Mais les deux élèves de l'École secondaire de Bromptonville ont repris la route dimanche matin, sourire aux lèvres.

Tout ne se passe pas comme prévu, c’est vrai. Mais le moral, lui, tient bien la route. Une chance qu’on est deux parce que des fois, tout seul, on voudrait tellement arrêter. Mais en même temps, on se dit non, on ne lâche pas.

Il y a tellement de monde derrière nous. On n’a pas fait ça pour rien. On fait ça pour nous, pour Félix.

Josué Simard-Lebrun

« Congelés ben raide »

Ce qu’ils ont d’abord vu comme un simple projet scolaire s’est finalement mué en une formidable leçon de persévérance. Si leur but est d’amasser 1000 $ pour le Fonds Félix-Deslauriers-Hallé, encore faut-il les pédaler, ces 400 kilomètres à vélo.

Vendredi, on est partis à la pluie. C’était quand même assez difficile. Il faisait froid, mais ça allait bien.

Puis, un arrêt de quelques minutes pour avaler une bouchée change la donne pour les deux cyclistes.

Là, on a attrapé froid. On s’est dit : "Il faut rouler et aller s’abrier quelque part parce que ça ne peut pas marcher de même", poursuit le jeune homme.

Heureusement, à Danville, ils trouvent refuge et chaleur humaine au café La Mante du Carré. M. Christian Perreault a mis notre linge dans la sécheuse. Il nous a prêté des vêtements chauds, on a bu des boissons chaudes, on s’est réchauffés. À midi, on est repartis. On n’a pas arrêté jusqu’à Warwick.

De Warwick à Victoriaville, leur mentor et ancien enseignant Daniel Germain roule avec eux. Le froid, néanmoins, a raison des deux élèves. Ils passeront leur première nuit à Victoriaville plutôt qu’à Québec, comme prévu.

Arrivés à Victo, on s’est dit : " On ne peut pas continuer comme ça. " On était quasiment en hypothermie. On était congelés ben raide.

Josué Simard-Lebrun
Xavier McConnell et Josué Simard-Lebrun profitent d'une pause durant leur périple à vélo de 400 kilomètres. On les voit ici dans un dépanneur, avec leur équipement. Xavier McConnell et Josué Simard-Lebrun profitent d'une pause durant leur périple à vélo de 400 kilomètres. Photo : Josué Simard-Lebrun

Une dernière journée bien remplie

Le lendemain, direction Québec. Là, c’est le vent et la fatigue qui prennent la place. Mais les deux cyclistes continuent de pédaler. Ils atteignent leur destination en fin d’après-midi.

Résultat : ils ont dû partir tôt de Québec dimanche matin et prévoient pédaler durant neuf heures et 30 minutes ou jusqu’à ce qu’ils atteignent Sherbrooke.

Heureusement, la météo sera de leur côté cette fois-ci. Et peut-être même le vent, espèrent-ils.

Il annonce 17 degrés à Québec… Et on va essayer d’avoir le vent dans le dos en revenant. Là, on l’a assez eu dans la face!, conclut Josuée en riant.

Estrie

Jeunesse